IranFemmesL’avortement reste un crime en Iran

L’avortement reste un crime en Iran

-

20 minutes, 15 juin – Le Conseil des gardiens de la révolution iranienne a finalement dit « non ». Non à l’assouplissement de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pourtant approuvé le 12 avril par 127 des 217 députés siégeant au Parlement. Organe ultraconservateur, le Conseil a donc une fois de plus, le 9 mai, opposé son veto aux avancées proposées par le Parlement.

En Iran, l’IVG reste interdite, sauf dans les cas où la vie de la mère est menacée ou si le foetus est voué à mourir. L’avortement y est considéré comme un crime passible de trois à dix ans de prison, auquel s’ajoute le versement du « prix de sang », soit l’équivalent en argent de la vie d’un être humain.

Pourtant le pays, qui compte quelque 70 millions d’habitants, jouit d’un taux de fécondité extrêmement positif. En outre, l’islam chiite, la religion de l’Etat, n’est pas fondamentalement opposé à l’interruption de grossesse, dans la mesure où, comme l’explique l’ayatollah Makarem Shirazi, l’âme du foetus ne se développerait « qu’au bout de quatre mois et dix jours lorsqu’il commence à bouger dans le ventre de sa mère ». Mais la volonté du Parlement s’est heurtée au conservatisme du Conseil des gardiens, à l’origine du blocage de nombreuses réformes durant les deux mandats du président Khatami.

Le commerce lié à l’avortement clandestin, véritable phénomène de société, a donc encore de beaux jours devant lui. Chaque année, au moins 80 000 femmes auraient recours aux services de praticiens pratiquant illégalement l’opération. Et les frais sont élevés, 800 dollars environ (664 e), soit l’équivalent de deux fois le salaire mensuel moyen. A Téhéran, Claire Ismard et Marine Hardouin

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous