IranFemmesLa loi misogyne interdit à une entraîneuse de ski...

La loi misogyne interdit à une entraîneuse de ski iranien de voyager avec son équipe

-

L’entraîneuse de l’équipe nationale iranienne de ski alpin s’est vu interdire d’accompagner son équipe à une compétition en Italie en raison d’une loi misogyne qui la contraignait à obtenir l’autorisation de son mari pour quitter le pays.

Samira Zargari a été empêchée de prendre l’avion le mois dernier, selon une source de la Fédération de ski, malgré les efforts répétés de la fédération pour faire lever l’interdiction de sortie afin qu’elle puisse assister à la compétition.

Elle était limitée par le paragraphe 3 de l’article 18 de la loi sur les passeports, qui stipule que les femmes mariées ne peuvent obtenir un passeport qu’avec l’autorisation écrite de leur mari. En dehors du mariage, elle a besoin du consentement de son parent masculin le plus proche, normalement son père ou son grand-père paternel.

Le cas de Zargari est loin d’être un incident isolé.

La capitaine de l’équipe nationale féminine de futsal, Niloufar Ardalan, a été interdite de participer aux compétitions asiatiques en septembre 2014 après que son mari eut porté plainte.

En 2017, l’archer et la paralympienne Zahra Nemati ont été empêchées de quitter le pays en raison du refus de son mari. Ensuite, huit femmes qui faisaient partie d’équipes sportives nationales iraniennes ont été empêchées de participer à des tournois internationaux à la suite des plaintes de leur mari, selon le député Tayyebeh Siavoshi.

Il existe de nombreuses lois et structures misogynes en Iran qui restreignent l’emploi des femmes. Il fait partie d’un système conçu pour garder les hommes sur le lieu de travail et les femmes à la maison.

Par exemple, l’article 1117 du Code civil dispose qu’un mari peut interdire à sa femme un emploi ou une industrie qu’il juge contraire aux intérêts de la famille ou à la dignité de l’un ou l’autre des conjoints.

En octobre dernier, la Cour d’appel de Téhéran a statué qu’une femme médecin du service des urgences, qui examinait 180 à 200 patients par jour pour COVID-19, avait été interdite de pratiquer la médecine parce que son mari ne voulait pas qu’elle le fasse.

C’était au même moment où la communauté médicale iranienne était sous une pression intense en raison des décès dus au COVID-19 parmi les médecins et les infirmières, dont il y en avait déjà trop peu.

Et maintenant, une nouvelle directive, introduite en 2021, signifie que les femmes mariées qui souhaitent passer l’examen de résidence dentaire doivent obtenir le consentement de leur mari. Il a même été inscrit dans le test que le mari accepte que, après le stage, sa femme puisse servir dans tout lieu que souhaite le ministère de la Santé et de l’Éducation médicale.

C’est vraisemblablement parce qu’il y avait beaucoup de femmes qui terminaient leur formation et qui se sont ensuite vu interdire d’occuper un poste, mais ce n’était pas la façon de régler le problème.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous