IranIran (actualité)Iran : Bruits et rumeurs à Téhéran

Iran : Bruits et rumeurs à Téhéran

-

Iran Focus, Téhéran, 27 juin – Des décennies de pouvoir autoritaires ont forcé les Iraniens à innover dans les moyens de s’exprimer. Les correspondants d’Iran Focus dans cette capitale tentaculaire ont sondé le climat ambiant comme on peut le voir avec les graffiti ou l’entendre dans les commentaires et les plaisanteries.

– « Premier tour : Les sept samouraïs, second tour : Le Prince et le Pauvre » (un graffiti dans le quartier Narmak faisant allusion au premier tour de l’élection avec sept candidats et le duel final entre l’ancien président Rafsandjani l’ultra conservateur Mahmoud Ahmadinejad).

– Une interview avec Ahmad Bozorguian, député et proche collaborateur du nouveau président Mahmoud Ahmadinejad :
Question : Une des premières choses qu’a faites M. Ahmadinejad quand il est devenu maire de Téhéran a été d’ordonné la ségrégation sexuelle dans les ascenseurs. Pensez-vous qu’il en fera désormais une politique à l’échelle nationale ?
Réponse : En quoi ce serait mal ? Il a été prouvé que si les hommes et les femmes sont séparés dans les établissement scolaires, ils ont de bien meilleurs résultats. Quand on sépare les garçons et les filles, ce n’est pas parce qu’on ne leur fait pas confiance. Nous voulons les protéger davantage.
(Extrait du journal Chargh, collé sur la vitre d’un autobus)

– Ecrit sur le mur d’un hôpital près de la place Tadjrich, dans le nord de Téhéran : « Trois choses à faire pour notre nouveau président : 1- Se laver les dents tous les jours, 2- Prendre une douche de temps en temps, 3- S’acheter un nouveau costume. »

– « Pas de Rahbar, Pas de Akbar, Pas de Antar » : un énorme graffiti sur le mur d’un lycée près de la place Azadi (Rahbar signifie dirigeant en persan et désigne le guide suprême Ali Khamenbeï, Akbar désigne Ali-Akbar Rafsandjani, et Antar signifie Singe en persan. C’est devenu une manière très populaire entre les jeunes téhéranais pour désigner Mahmoud Ahmadinejad.)

– Entendu dans un taxi : Un journaliste étranger vient à Téhéran pour couvrir l’élection. Il va dans une mosquée avec son guide et voit des gens faisant la queue pour de la nourriture.
« Si c’est là où les gens mangent, où est-ce qu’ils prient ? » demande-t-il.
« A l’université de Téhéran, si vous voulez parler de la prière du vendredi », répond le guide.
« S’ils prient dans les universités, où vont les étudiants et les professeurs ? », s’étonne le journaliste.
« Ils sont en prison. »
« Alors où sont les criminels ? »
« Mais vous pensez que le pays est dirigé par qui ? » demande le guide.

– Ecrit sur une grande bannière officielle près de la place Vali-e-Asr : « Ahmadinejad : la liberté qui existe en Iran n’existe nulle part ailleurs au monde. » Un graffiti ajoute : « liberté de tuer ».

– Ahmadinejad et Khatami se détestent cordialement. Une fois, Khatami est arrivé avec une heure de retard à une cérémonie à l’université de Téhéran où il devait recevoir une distinction honorifique. « Si seulement le maire de Téhéran pouvait faire quelque chose pour alléger la circulation, les gens n’arriveraient pas si tard dans les réunions » a-t-il dit au public.
Ayant appris cela, Ahmadinejad a répliqué : « Si le président utilisait son bureau du centre de Téhéran plutôt que le Palais (royal) de Saadabad dans le nord de Téhéran, ça lui prendrait quelques minutes pour venir à l’université. »

– Une citation à retenir :

« Les organisations militaires ont fait un excellent travail avec cette élection. Elles ont si bien réussi à faire élire leur candidat favori que la prochaine fois, ça ne sera même pas la peine de faire une élection. Les gardiens de la révolution et le Conseil des gardiens auraient pu tout simplement annoncer le résultat à l’avance. Ça aurait été bien plus transparent. »
Rassoul Montajebnia, un ancien haut responsable et membre de l’association du clergé combattant.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous