IranIran (actualité)Exécution pré-initiale de Raïssi: un explicatif

Exécution pré-initiale de Raïssi: un explicatif

-

Le chef de la justice iranienne Ebrahim Raïssi a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de juin avec beaucoup de controverse.

Dans une déclaration diffusée par les médias locaux, il a déclaré: «Je suis venu en tant qu’indépendant sur scène pour apporter des changements dans la direction exécutive du pays et pour lutter contre la pauvreté, la corruption, l’humiliation et la discrimination.»

Alors, qui est Raïssi et pourquoi est-il un candidat aussi controversé à la présidence ?

Raïssi a été nommé au poste du chef du judiciaire en 2019 par le guide suprême Ali Khamenei, devenant rapidement l’une des personnes les plus puissantes du pays et l’un des principaux successeurs de Khamenei. Raïssi s’était déjà présenté à la présidence en 2017, après que Khamenei eut jeté son poids derrière lui, mais le président sortant des mollahs Hassan Rohani était finalement le gagnant de la présidentielle.

Mais Raïssi est surtout connu pour son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 lorsqu’il a siégé à la Commission de la mort et condamné des centaines de personnes à la mort. Son bilan ne s’est pas amélioré depuis.

Dossier judiciaire

Quelque 620 personnes ont été exécutées en Iran depuis que Raïssi est devenu chef du pouvoir judiciaire, dont beaucoup appartiennent à des groupes ethniques minoritaires ou ont été pénalisées pour des crimes non violents, car autrement, comment l’Iran aurait-il le plus grand nombre d’exécutions par habitant?

Parmi les personnes exécutées pendant le mandat de Raïssi, au moins 22 étaient des prisonniers politiques notoires, dont Abdol-Basset Dahani, Naser Khafajian, Ghassem Abdullah, Ali Khasraji, Hassan Dehvari, Hossein Silawi, Elias Qalandarzehi, Abdolhamid Mir-Baluchzehiast, Hedayat Abdollahpour, Abdolhamid Mir-Baluchzehiast, Hedayat Abdollahbour, Hamid Rullah, Karmollah Chab, Navid Afkari, Mostafa Salimi, Javid Dehghan, Mostafa Salehi, Ruhollah Zam, Omid Mahmoudzehi, Kabir Sa’adat Jahani, Diako Rasoulzadeh, Mohammad Ali Arayesh et Saber Sheikh Abdollah.

Un grand nombre de ceux qui ont été exécutés, ainsi que ceux qui sont toujours détenus en prison, ont été soumis à des tortures, notamment des agressions physiques, des privations de nourriture et d’eau, des humiliations sexuelles, le refus de soins médicaux, des interrogatoires prolongés, l’isolement, des situations de stress douloureuses, et la violence verbale, pour obtenir de faux aveux.

Même ceux qui échappent à l’exécution peuvent subir des châtiments dégradants interdits par le droit international, comme la flagellation et l’amputation, y compris plusieurs manifestants. Ils souffrent également de conditions de détention horribles qui violent leurs droits humains en raison non seulement des tortures énumérées ci-dessus, mais aussi du manque de conditions sanitaires pendant une pandémie et du refus de séparer les prisonniers politiques des prisonniers violents.

Iran Human Rights Monitor a écrit à cet égard: «Après la nomination du juge meurtrier Ebrahim Raïssi à la tête du pouvoir judiciaire, des dizaines de militants pacifiques des droits et de dissidents ont été condamnés à de sévères peines de prison et même à l’exécution pour avoir utilisé pacifiquement leur droit à la expression. »

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous