IranIran (actualité)Le régime iranien, craignant les protestations, plaide pour la...

Le régime iranien, craignant les protestations, plaide pour la levée des sanctions

-

La crise économique a paralysé le régime iranien, et ses ressources financières et sa puissance sont presque nulles. Le régime n’est plus en mesure de soutenir financièrement ses groupes mandataires au Moyen-Orient et, pire encore, il n’est même pas en mesure de payer les salaires des fonctionnaires. La situation est si sombre que tous les lobbyistes du régime, en particulier aux États-Unis, implorent le gouvernement américain de lever les sanctions.

Abolfazl Zohrehvand, un expert en politique étrangère affilié au régime et ancien ambassadeur d’Iran en Italie, frustré par la situation a déclaré, au site Web public Nama à propos de la levée des sanctions :

«La question qui est désormais importante est la levée de toutes les sanctions, et les questions nucléaires ou non nucléaires ne sont pas prises en compte.»

S’exprimant sur la nature des sanctions, il a ajouté: «Ce qui s’est passé jusqu’à présent à Vienne est lié à la levée des sanctions imposées sous la présidence de M. Trump, et pas même aux sanctions imposées pendant le mandat de M. Obama. Le prochain point à noter est que les sanctions non nucléaires ne seront en aucun cas levées, y compris le fait que les Gardiens de la révolution restent une organisation terroriste sur la liste noire des sanctions.

À propos de l’accès du régime aux échanges financiers, il a ajouté: «Au cours des négociations, il semble que la banque centrale va être soustraite à ses sanctions pour qu’elle n’ait aucun problème à transférer de l’argent, mais d’autres systèmes de sanctions resteront en place. »

Il a ajouté: «Il nous est possible de vendre notre pétrole et de restituer une partie de son argent dans le pays ou d’importer des marchandises en échange de la vente de pétrole, mais il n’y a aucune garantie pour la vente du pétrole et le retour de son argent. Parce que le système de transaction financier U-turn est bloqué et qu’il ne nous est pas possible d’effectuer des transactions financières, ce qui est l’un des problèmes les plus importants des sanctions.

«Mais ils promettent que nous serons en mesure de vendre deux millions de barils de pétrole pendant 180 jours et que leur argent sera livré en Chine, en Corée et au Japon, et nous devons acheter des marchandises pour cet argent, et nous pourrons facilement transférer l’argent vers le pays, car tous les moyens de transférer de l’argent vers le pays sont fermés. » (Site Web public Nama, 23 mai 2021)

Parler de deux autres versions du JCPOA, que l’agence de presse d’État IRNA décrit comme le JCPOA jaune et le JCPOA rouge, c’est avouer que toutes les sanctions ne seront pas levées et n’est qu’une illusion.

«Cependant, compte tenu des deux autres types de JCPOA, qui sont le JCPOA jaune et rouge, parce qu’ils sont liés au terrorisme et aux droits de l’homme, les sanctions liées à ces domaines ne seront pas levés pour le moment et seront transférés à une nouvelle période de négociations.» (IRNA, 23 mai 2021)

Se moquant de l’affirmation du président du régime concernant la levée de toutes les sanctions, il a ajouté: «Que Rohani annonce que toutes les sanctions seront levées et que le pays sera libéré est une réaction aux élections.» (IRNA, 23 mai 2021)

Parlant de la dernière chance du régime, l’IRNA a ajouté: «La meilleure chose à faire est d’avancer étape par étape. C’est-à-dire par rapport au fait que nous remplirons nos obligations dans le JCPOA et retournerons à nos obligations en matière d’enrichissement, qui est un enrichissement à 5%, et placerons certaines des centrifugeuses sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique, et alors nous entamerons de nouvelles négociations sur les droits de l’homme, les missiles, la non-ingérence de l’Iran dans la région et l’assistance aux groupes considérés comme terroristes. »

Ces faits montrent tous que les affirmations du régime pour empêcher l’AIEA d’avoir accès à ses caméras d’inspection ne sont que des vantardises creuses, comme l’a annoncé le président du parlement du régime, Mohammad Bagher Qalibaf le 23 mai, et joue avec le feu, ce qui, ne sera pas respectée par le gouvernement et ne restera qu’un slogan. L’annonce de la prolongation pour un mois des inspections de l’AIEA le démontre bien.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous