IranIran (actualité)Haniyeh : L'Iran promet 250 millions de dollars d’aide

Haniyeh : L’Iran promet 250 millions de dollars d’aide

-

Associated Press, Bande de Gaza, 11 décembre – Par Sarah El Deeb – L’Iran a promis une aide de 250 millions de dollars au gouvernement palestinien mené par le Hamas à court d’argent, dans un geste de solidarité montrant les liens proches existant entre le groupe islamique et Téhéran, a annoncé lundi le Premier ministre Ismail Haniyeh.

Le bureau de Haniyeh a fait l’annonce de cette donation à la fin de la visite de quatre jours du Premier ministre dans la capitale iranienne. Celui-ci s’est ensuite rendu au Soudan.

Lundi également, la Commission européenne a suggéré une extension de trois mois du programme spécial d’aide aux Palestiniens ne passant pas par le gouvernement.

Les donateurs occidentaux ont interrompu leur aide financière représentant des millions de dollars au gouvernement palestinien après que le Hamas ait remporté les élections parlementaires en janvier dernier. Les donateurs ont exigé que le Hamas renonce à la violence et reconnaisse le droit d’Israël d’exister.

Le gouvernement, lourdement endetté, n’est plus en mesure de payer les salaires de ses 165000 employés. En dépit des difficultés rencontrées sur la rive ouest et dans la Bande de Gaza, le Hamas refuse d’accepter ces conditions. Par contre, il s’est tourné vers l’Iran et d’autres pays musulmans pour réclamer de l’aide.

L’Iran a déjà promis de faire un don de 120 millions de dollars au gouvernement mené par le Hamas cette année.

Haniyeh a affirmé que de nouveaux dons seraient faits l’année prochaine. « Le montant total de l’aide financière de l’Iran se monte à approximativement un quart de milliard de dollars », selon les propos de Haniyeh publiés sur le site Internet du Hamas.

Soutenu par l’aide de l’Iran, le gouvernement mené par le Hamas parvient à se maintenir à flot, mais cet argent n’est pas suffisant pour couvrir un déficit se montant à plusieurs centaines de millions de dollars.

Le Hamas lutte également pour attirer l’argent dans les sphères palestiniennes. Les banques internationales refusent de transférer de l’argent au gouvernement palestinien, craignant les lois anti-terroristes des Etats-Unis.

Les hauts responsables du ministère des Finances palestinien affirment que seule la moitié de l’argent promis par l’Iran cette année avait été versée au gouvernement. Une majeure partie de la somme a été remise à la Bande de Gaza dans les valises de hauts responsables du Hamas de retour de l’étranger.

L’alternative de l’Union européenne, supervisée par la Banque mondiale, et contournant le gouvernement du Hamas, expire à la fin de l’année, mais « il est extrêmement important » qu’elle soit prolongée de trois mois, a affirmé le Commissaire des relations extérieures de l’UE, Benita Ferrero-Waldner.

« Nous constatons que la situation dans les territoires palestiniens se dégrade », a-t-elle dit.

Sa requête de prolongation de trois mois de cette aide spéciale doit être approuvée par les 25 leaders européens lors d’un meeting de deux jours débutant jeudi, ont affirmé les diplomates. Elle a pris effet en juillet et a déjà été prolongée une fois.

Depuis le début de l’année, l’Union européenne fournit près de 863 millions de dollars d’aide aux Palestiniens. De cette somme, 266 millions de dollars ont été dépensés dans un programme d’aide d’urgence garantissant aux 1,3 millions de Palestiniens un accès à l’eau, aux sanitaires et aux soins médicaux et fournissant un revenu de soutien à environ 1 million de Palestiniens appauvris par la crise financière de leur gouvernement, qui touche un grand nombre d’employés du secteur public qui n’ont pas reçu de salaires.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE doivent formuler un nouvel appel aux Palestiniens à former un gouvernement d’unité nationale, question qui fait débat depuis des semaines.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a des difficultés à former un gouvernement réunissant des tendances plus variées qui permettrait à son parti plus modéré du Fatah de gouverner aux côtés du Hamas (qui ignore les appels internationaux à renoncer à la violence), de reconnaître Israël et d’honorer les accords israélo-palestiniens existants.

Robert Wielaard, rédacteur pour Associated Press, a contribué à la rédaction de cet article depuis Bruxelles, Belgique.

7,062FansJ'aime
1,178SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Les défis économiques de l’Iran en 2023 : inflation, investissement et relations internationales

Alors que l'Iran entre dans la nouvelle année perse, les experts du régime s'inquiètent de l'état de l'économie du...

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous