IranIran (actualité)Iran: Les groupes pétroliers occidentaux gelent progressivement leurs investissements

Iran: Les groupes pétroliers occidentaux gelent progressivement leurs investissements

-

ImageAFP: – L’Iran donné deux semaines aux groupes pétroliers Shell et Repsol pour confirmer leurs investissements dans plusieurs projets gaziers importants en Iran, faute de quoi il attribuera leurs contrats à des société locales, a déclaré lundi un haut responsable iranien.

Cet ultimatum intervient 48 heures après que le ministre iranien du Pétrole Massoud Mirkazemi ait menacé de couper les ponts avec les compagnies pétrolières occidentales qui "traînent" pour réaliser des projets en Iran, notamment dans le secteur gazier.

"Le ministère du Pétrole a fixé un ultimatum à Shell et Repsol, qui ont deux semaines pour prendre une décision sur les phases 13 et 14 (du champ gazier) de South Pars", a déclaré M. Reza Kasaizadeh, directeur de la Compagnie nationale iranienne d’exportation de gaz (NIGEC) cité par l’agence Mehr.

"Si (les deux compagnies) n’agissent pas rapidement, ces deux phases seront attribuées à des sociétés iraniennes compétentes", a-t-il ajouté.

Ces phases incluent le développement et l’exploitation d’une partie du champ gazier offshore géant de South Pars, dans le Golfe, et sont associées à la construction d’une usine de liquéfaction de gaz naturel (LNG) qui permettrait à Téhéran d’exporter ce gaz.

L’Iran, qui possède les deuxièmes réserves mondiales de gaz, n’en exporte pour l’instant quasiment pas car toute sa production de quelque 500 millions de M3/jour est absorbée par son marché domestique.

Au cours des derniers mois, la plupart des groupes pétroliers occidentaux présents en Iran, comme l’anglo-néerlandais Shell, le français Total, le norvégien Statoil ou l’italien ENI ont gelé progressivement tout nouvel investissement.

Le projet d’usine de LNG piloté par Shell (en association avec l’espagnol Repsol et NIGEC) est au point mort depuis 2008, tout comme un projet similaire mené par Total. Shell et Repsol sont impliquées "depuis longtemps" dans ce projet, mais "n’ont toujours pas pris la décision finale d’investissement après tout ce temps", a critiqué M. Kasaizadeh.

L’arrêt des investissements occidentaux dans le secteur pétrolier et gazier résulte des sanctions et pressions occidentales contre le programme nucléaire controversé iranien, selon les experts pétroliers à Téhéran.

Américains et Européens ont mis en place un embargo financier et bancaire contre Téhéran qui complique les investissements étrangers, et ils exercent des pressions politiques de plus en plus fortes pour inciter leurs sociétés à se retirer d’Iran, selon les mêmes sources.

Le retrait des Occidentaux a profité aux société chinoises, devenues cette année le premier investisseur dans le secteur pétrolier iranien avec 15 à 20 milliards de contrats déjà signés. Le chinois CNPC/Petrochina va ainsi notamment remplacer Total sur un projet de développement de South Pars.

Plusieurs contrats de développement de ce gisement géant ont également été accordés récemment à des sociétés iraniennes, dont certaines dépendant du corps des Gardiens de la Révolution, armée idéologique d’élite du régime iranien qui joue une rôle économique croissant.

Un haut responsable des Gardiens de la Révolution a affirmé en avril que les Pasdaran avaient "la compétence et la capacité de se substituer aisément aux grandes compagnies internationales comme Shell ou Total" opérant en Iran.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous