IranIran (actualité)Iran : manifestations et heurts à l’occasion de l’anniversaire...

Iran : manifestations et heurts à l’occasion de l’anniversaire du soulèvement sanglant du 20 juin 2009

-

Iran Focus :  Le 20 juin marque l’anniversaire de la grande manifestation post-électorales au cours duquel des dizaines de manifestants avaient été tués, dont Neda, devenue depuis le symbole des martyres du soulèvement nationale des iraniens. Cette anniversaire a été marqué par de nombreux manifestations et heurts à Téhéran et en province au cours desquelles 12 manifestants ont été blessés un grand nombre arrêté.

Dans un communiqué publié par la principale force organisée de l’opposition, un groupe de manifestants se sont rassemblés pour protester contre le régime devant la porte principale de l’Ecole des Beaux-arts de la rue Mossadegh pour crier « Mort à Khamenei », « Khamenei honte à toi, quitte notre pays » et «Nous sommes Iraniens, nous ne capitulerons jamais ».

Les manifestants se sont heurtés aux forces répressives. Au moins deux personnes ont été blessées dans l’assaut des agents. A 14h30, des centaines de jeunes ont protesté à l’Université Polytechnique aux cris de « Mort au dictateur », aboutissant à des accrochages avec les forces du régime.

Le communiqué du Conseil Nationale de la Résistance iranienne (Cnri) ajoute qu’à 15:30 locale, des centaines d’agents de renseignement (bureau de la protection sur le campus) ont encerclé la zone en face de la porte principale de l’Université de Téhéran, empêchant d’entrer sur le campus. A 16h00 locale, des agents de renseignement ont agressé trois jeunes femmes sur la place Ferdoussi avant de les arrêter et de les transférer vers un lieu inconnu dans une Peugeot.

Vers 15h00 locale au cimetière de Behecht-e-Zahra, au moins 5 personnes ont été blessées lors d’affrontements avec les forces répressives. Vers midi, 150 manifestants se sont rassemblés sous le pont Hafez de Téhéran. Ils scandaient « mort au dictateur » tandis que les forces de sécurité de l’Etat les chargeaient.

Les rues et les avenues autour de la rue Karegar Chomali, où Neda Agha Soltan avait été tuée, ont été complètement bloquées par les agents du Renseignement et les forces répressives. Les agents vérifiaient les papiers des passants et procédaient à des arrestations. Dans l’après-midi, les forces anti-émeutes sont venues en renfort des autres forces répressives.

A 18h00 locale, à l’université de Téhéran, des étudiants intrépides se sont mis à manifester aux cris de « Mort à Khamenei ». Des accrochages ont éclaté avec des agents de renseignements et des miliciens du Bassidj à l’intérieur de l’université. On entendait leurs slogans jusqu’au croisement Mossadegh, la rue Karegar et la place Enghelab.

A 18h20, des escarmouches ont éclaté ici et là entre d’un côté des étudiants des Beaux-arts et des manifestants et de l’autre des agents, devant et à l’Intérieur des Beaux-arts. Les protestataires se sont accrochés avec les forces répressives aux cris de « Mort au dictateur » dans les rues Balavar, Nikou’i et Saba.

A 18h00 également, des centaines de personnes manifestaient dans la rue Djomhouri près de Navab aux cris de « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, nous sommes tous ensemble » et « La détermination des Iraniens renversera la dictature ». Les agents postés près de la station de métro Navab-Safavi ont chargé la foule et un affrontement a éclaté.

Des centaines de manifestants courageux scandaient « Mort au dictateur », et « Honte à tes complots Khamenei » dans la rue Niloufar (près d’Apadana).

A 19h00, à la cité universitaire, autour du lieu où est décédée Neda Agha-Soltan, des manifestants criaient « Mort à Khamenei », « Nous sommes Sohrab, nous sommes Neda, nous sommes tous une seule voix », « Notre Neda n’est pas morte, c’est la tutelle du guide suprême qui est morte ».

Vers 19h30, sur la place Sadeghieh et la place Vali-Asr, des jeunes courageux criaient « Mort au dictateur ».

Selon le Cnri, qui tient ses informations de ses réseaux à l’intérieur du régime, de hauts responsables des forces répressives ont exprimé leur appréhension des protestations pour le 20 juin et ont pris d’importantes mesures pour prévenir le soulèvement. Figurent au nombre de ces mesures :

• Mettre les forces répressives en état d’alerte et les cantonner dans des bases d’opérations dès le 19 juin.

• Des réunions d’information de la sous-direction du renseignement de la milice du Bassidj les 16 et 19 juin pour les agents du renseignement. Ces réunions ont permis de passer en revue le plan de cantonnement des forces répressives le 19 juin. Les officiels y ont également exprimé leur inquiétude sur les activités des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) à l’occasion du 20 juin et souligné l’impératif d’une présence plus massive des forces répressives.
 
• Le colonel des pasdaran Zighami, de la base Sarollah, a multiplié le 19 juin les réunions avec l’ensemble des gradés du corps des pasdaran et de la milice du Bassidj pour évaluer les dimensions des protestations de la journée du 20 juin et comment y faire face.

• L’opération des gardiens de la révolution et du Bassidj pour réprimer les manifestations du 20 juin porte le nom de code «Imam Mohammad Baqer ».

• Le commandement de l’opération des forces de répression dans le 4e arrondissement de Téhéran est confié au général Mehdi Sabbagh, qui dirige également la brigade « Fatemeh Zahra ». Ce commandement couvre 6 secteurs du Bassidj dans l’ouest de Téhéran et la place Azadi. Sabbagh a commandé la répression des manifestants dans le 4e arrondissement ces derniers jours où des centaines de personnes ont été arrêtées.

• Le général Manouchehri, commandant en second des opérations dans le 10e arrondissement (Meqdad), a été transféré dans le 9e arrondissement, après une fracture de la main lors d’affrontements avec la jeunesse courageuse le 12 juin.

 

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous