IranIran (actualité)Nokia accusé de nouvelles complicités avec le régime iranien

Nokia accusé de nouvelles complicités avec le régime iranien

-

 

HNS: Nokia a lancé une nouvelle campagne de pub fracassante qui vante les mérites de son nouveau modèle de téléphone portable qui connait d’importante ventes en grandes bretagne et un peu partout dans le monde c’est pour cela qu’une nouvelle campagne de pétitions, de protestations et de boycott vient d’être lancée par le site Britain Access Now’s « No to Nokia ».

La campagne Britain Access Now’s « No to Nokia » tient à rappeler les relations de Nokia avec le totalitarisme en Iran

Nokia qui prétend que ses «  affaires » faites avec l’Iran sont ou étaient « licites » déclarent que cette entreprise n’a plus aucune excuse pour continuer à faire des affaires avec une dictature comme celle de Khamenei et Ahmadinjad ; nous rappelons que l’infrastructure de télécommunications de l’Iran est détenue en majorité par les Gardiens de la Révolution d’Iran (les Pasdarans) qui est une véritable armée dans l’armée, qui possède de multiples ramifications de type maffieux avec le crime organisé au niveau mondial (entre autres dans des trafics de drogues, d’êtres humains et d’armes), qui pille depuis des années les richesses du pays au profit des clans Khamenei et Ahmadinejad.

C’est le même groupe et corps d’armée des forces répressives qui est responsable de la répression qui a tué de nombreux civils, des manifestants pacifistes et des prisonniers politiques iraniens. On imagine que cette chose n’est juste qu’une simple histoire de « parcours » pour Nokia. Nous disons juste que Nokia est l’un des principaux responsables de la diffusion massive de technologies de surveillance électronique qui ont permis à ce régime répressif d’envoyer des centaines et des centaines d’iraniens dans les prisons du pays.

Nokia & Siemens prétendent à nouveau que leur seul lien avec l’Iran ne sont maintenant plus que « quelques liens contractuels » en se référant à d’anciens clients à eux comme Trovicor, une société privée que les groupes Nokia et Siemens avaient intégrée en 2007.

Elles furent vendues ensuite à la Perusa Partners Fund March en 2009. Le site Britain Access Now’s « No to Nokia » déclare maintenant que cette relation avec Trovicor est des plus curieuse, car cette collaboration a fait que des milliers d’activistes et de militants anti-régime ont été pistés et fichés par les services de suivi que Nokia a utilisé pour les atteindre, ce qui a permis de les livrer ensuite aux forces répressives du régime.

Le directeur exécutif Brett Solomon de Nokia dit qu’il a entendu les rapports disant « que Nokia et Siemens faisaient toujours des affaire avec le gouvernement iranien » et qu’il en tiendrait compte ; ça ne l’empêche pourtant pas de ne pas trop communiquer sur ces fait, et de continuer de minimiser l’impact réel de ses services sur la répression dans ce pays.

Car il y a certaines similitudes étranges que ne pourront pas nier Nokia. Il suffit de constater que Trovicor a, apparemment, toujours le même personnel qu’à l’époque où elle collaborait ouvertement avec le régime. L’ancien chef des ventes mondiales de Nokia, Johann Preinsberger, est toujours le directeur de Trovicor et le chef de la direction de la gestion de cette entreprise ; ils siègent également dans trois sphères exécutives de haut niveau qui sont toujours en relation avec Nokia et Siemens qui gèrent les suivis de transition entre ces entreprises

Les activistes de la campagne Britain Access Now’s « No to Nokia » déclarent que Nokia, qui dans sa communication dit et prétend qu’elle est «  concernée par les questions des droits de l’homme dans le monde » devra répondre de ses activités et de ses collaborations technologiques criminelles avec les autorités policières et répressive du régime de Khamenei et Ahmadinejad.

http://www.hns-info.net/spip.php?article26577

 

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous