IranIran (actualité)Non-lieu pour des opposants iraniens: une reconnaissance du droit...

Non-lieu pour des opposants iraniens: une reconnaissance du droit de résistance (avocats)

-

AFP: Le non lieu prononcé en faveur de 24 opposants iraniens dans le volet terroriste de l’enquête consécutive à une spectaculaire opération policière en 2003 dans leur siège du Val-d’Oise est la reconnaissance du « droit légitime de résister à la dictature », ont estimé vendredi leurs avocats.

Parmi les bénéficiaires du non lieu prononcé mercredi, figure la présidente du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Maryam Radjavi. Le CNRI est une coalition de mouvements d’opposition iraniens, dont le principal est l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI).

« Les juges d’instruction reconnaissent que l’action de l’opposition iranienne s’inscrit dans le cadre du droit légitime de résister à la dictature », a déclaré Me William Bourdon dans un communiqué au nom des avocats de ces opposants.

« La justice a enfin vaincu la politique de complaisance et de marchandage. Une fois de plus, la légitimité de la Résistance iranienne pour la liberté est démontrée », a dit de son côté Mme Radjavi dans un discours écrit.

Quelque 1.300 policiers armés et cagoulés, dont ceux de la force d’élite du Raid, avaient pénétré dans la base du CNRI, à l’aube du 17 juin 2003, sur commission rogatoire du juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. 164 militants du CNRI avaient été interpellés dans leurs locaux d’Auvers-sur-Oise.

Alors ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy avait justifié l’opération à l’Assemblée nationale en assurant que « les Moudjahidine voulaient faire de la France leur base arrière ».

Les avocats des opposants demandent par ailleurs un non-lieu pour neuf d’entre eux toutefois mis en examen pour des faits à caractère financier ainsi que la restitution des biens saisis en 2003.

Les Moudjahidine du peuple ont été retirés le 26 janvier 2009 de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne, sur laquelle ils étaient depuis 2002. Ils figurent toujours sur celle du Département d’Etat américain.

Fondée en 1965, l’organisation a contribué à renverser le régime du Chah en 1979, mais s’est ensuite retournée contre la République islamique. Elle a affirmé en 2001 avoir renoncé à la violence.

Les enquêteurs soupçonnaient que l’argent collecté en France par l’OMPI, via l’association Iran Aid censée venir en aide aux orphelins de Téhéran, était détourné pour « financement du terrorisme ».

 

7,062FansLike
1,164FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous