IranNucléaireLe réacteur à eau lourde d'Arak, une "ligne rouge"...

Le réacteur à eau lourde d’Arak, une « ligne rouge » pour l’Iran

-

TÉHÉRAN, 1 décembre 2013 (AFP) – L’Iran a affirmé que le réacteur à eau lourde d’Arak, qui suscite de vives inquiétudes occidentales, fait partie des « lignes rouges » dans ses négociations avec les grandes puissances, selon les médias locaux dimanche.

 

Dans le cadre de l’accord de Genève conclu avec les puissances du groupe 5+1, l’Iran a accepté de ne pas avancer les travaux du réacteur d’Arak, qui pourrait en théorie fournir à l’Iran du plutonium susceptible d’être utilisé, après retraitement, pour la fabrication d’une bombe atomique.

 

« Les déclarations (des Occidentaux, ndlr) semblent indiquer qu’ils ne veulent pas que l’Iran possède le réacteur à eau lourde à Arak. Cela signifie qu’ils veulent nous priver de notre droit mais ils doivent savoir que c’est notre ligne rouge tout comme l’enrichissement d’uranium », a dit le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, cité par la télévision d’Etat.

 

« Le réacteur d’Arak ne produit pas de plutonium utilisable pour la construction de la bombe », a affirmé M. Salehi, ajoutant que l’Iran envisageait la construction « d’autres réacteurs à eau lourde » à l’avenir.

 

De son côté, Abbas Araghchi, le chef des négociateurs nucléaires iraniens, a affirmé que « le réacteur d’Arak devrait exister (seulement) comme un réacteur à eau lourde », a rapporté l’agence Irna.

 

Le réacteur à eau lourde d’Arak, à environ 240 km au sud-ouest de Téhéran, a été un point d’achoppement dans les négociations sur le nucléaire iranien.

 

Téhéran affirme que ce réacteur de 40 mégawatts n’a qu’un but de recherche, notamment médicale, alors que l’Occident et Israël affirment que l’Iran pourrait utiliser le plutonium produit par le réacteur pour la construction de l’arme atomique.

 

Dans le texte de l’accord de Genève, Téhéran réaffirme « qu’en aucune circonstance l’Iran n’acquerra ou ne développera des armes nucléaires » et ne construira pas d' »usine de retraitement », indispensable pour purifier le plutonium pour qu’il devienne utilisable pour la construction de l’arme atomique.

 

Selon Washington, l’un des points essentiels de l’accord de Genève est que l’Iran s’engage à « ne pas construire d’usine capable de traitement. Sans traitement, l’Iran ne peut pas séparer le plutonium du combustible ».

 

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous