IranNucléaireIran-UE : les documents iraniens exclusivement destinés à la...

Iran-UE : les documents iraniens exclusivement destinés à la fabrication d’armes nucléaires

-

Associated Press, Vienne, Autriche, 24 novembre – De GEORGE JAHN –
L’Union Européenne accuse l’Iran de posséder des documents destinés exclusivement à la fabrication d’armes nucléaires et met en garde contre une comparution possible devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, d’après une déclaration communiquée à Associated Press jeudi.

Le communiqué de presse, arrivé plus tôt que prévu dans la journée, a été qualifié par un diplomate de résumé de ce que la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne allaient dire à la session à huis clos du conseil de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique qui a débuté jeudi.

Le communiqué annonce que l’UE accuse l’Iran de posséder des documents suspects qui « n’ont d’autres applications que la fabrication d’armes nucléaires ».

« S’il n’y a pas d’avancée » et que les inquiétudes internationales à propos du programme nucléaire de l’Iran restent inchangées, « le jour est proche où le conseil décidera qu’il faudra faire un rapport au Conseil de Sécurité», a annoncé Peter Jenkins, ambassadeur de Grande Bretagne auprès de l’AIEA.

L’Union européenne se réserve également le droit de réunir un conseil d’urgence avant la prochaine réunion prévue en mars, pour décider d’un éventuel renvoi au Conseil de Sécurité, « si cela devient nécessaire face à l’attitude de l’Iran », annonce la déclaration.

Le communiqué fait également allusion à de nouvelles révélations préoccupantes dans un rapport rédigé pour la réunion du conseil par Mohamed ElBaradei, qui dirige l’AIEA. Celles-ci montrent que les Iraniens sont en possession de ce qui semble être des dessins de noyau de tête nucléaire.

Mais le problème principal est le refus de l’Iran d’abandonner son droit à l’enrichissement d’uranium, pouvant être utilisé dans la génération d’énergie mais aussi dans la fabrication d’ogives nucléaires. L’Iran a déclaré qu’ils souhaitaient uniquement fabriquer du carburant, mais la communauté internationale a peur que ce programme soit détourné.

Un projet proposé ces dernières semaines envisageait de déplacer les activités d’enrichissement de l’Iran en Russie. Là, en théorie, Moscou superviserait le processus afin de s’assurer que l’enrichissement ne sert qu’à créer du carburant.

Mais l’Iran insiste pour contrôler la totalité du cycle du carburant sur son sol.

Le ministre des Affaires étrangères iranien, Manouchehr Mottaki, a déclaré mercredi à la presse à Téhéran qu’alors que le pays voulait reprendre les pourparlers avec les principales puissances européennes au sujet de son programme nucléaire, « nous avons naturellement pour but de mener nos activités d’enrichissement dans notre pays ».

Actuellement, le programme d’enrichissement de l’Iran est interrompu. Mais les négociations entre l’Iran, la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne ont été rompu en août après que l’Iran ait repris son programme de conversion d’uranium brut en gaz utilisé comme réserve d’approvisionnement dans l’enrichissement.

Pendant des mois, l’Iran a compté sur Pékin et Moscou, membres du Conseil de Sécurité ayant pouvoir de veto, pour déjouer la tentative soutenue par les Américains de traîner le pays devant le conseil.

Alors que les Américains et les Européens ont décidé de ne pas faire pression pour le renvoi du dossier lors de la réunion du conseil de l’AIEA jeudi, ils pourraient revenir sur cette décision à l’occasion d’une session ultérieure du bureau s’ils estiment que les Russes, les Chinois et d’autres nations-clé ne leur feraient pas obstacle.

Jeudi à Pékin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires Étrangères, Liu Jianchao, a déclaré à la presse que son pays ne pensait pas qu’il soit « approprié maintenant d’envoyer ce problème devant le Conseil de Sécurité de l’ONU ».

ElBaradei a suggéré lors de la réunion du conseil à Vienne que lui aussi était opposé à un renvoi à l’heure actuelle, demandant « une vérification solide » des activités nucléaires de l’Iran, combinée à un « dialogue actif ».

« Des clarifications » sur les aspects du programme nucléaire iranien « se font attendre, après trois années d’efforts intensifs de vérification », a-t-il dit.

Le communiqué de l’UE délivré à AP déclare que « le fait que l’Iran ne fasse pas preuve d’une transparence totale… contribue à remettre en question sa revendication selon laquelle son programme est exclusivement de nature pacifique ».

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous