IranNucléaireTrop tard pour stopper la recherche nucléaire, selon un...

Trop tard pour stopper la recherche nucléaire, selon un diplomate iranien

-

Reuters, Moscou, 18 janvier – Il est peut-être trop tard pour stopper le programme de recherche nucléaire de l’Iran même si le gouvernement et le parlement du pays le désiraient, a déclaré mercredi un haut diplomate iranien dans une interview avec une station de radio russe.

Gholamreza Shafei, ambassadeur d’Iran à Moscou, a affirmé à la radio Ekho Moskvy qu’il serait impossible d’expliquer à la population iranienne un arrêt de la recherche nucléaire.

« Nous sommes en train de mener des recherches scientifiques et ni le gouvernement d’Iran ni le parlement iranien ne peut annoncer au peuple que nous devons y mettre fin », a déclaré Shafei au sujet de la reprise des recherches nucléaires en Iran.

« Aucun État, y compris l’Iran, ne peut dire qu’il met fin à la recherche scientifique. »

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont annulé leurs négociations avec l’Iran suite à la décision de Téhéran de lever les scellés des Nations Unies sur les dispositifs d’enrichissement d’uranium, renforçant les suspicions de l’Union Européenne et des États-Unis sur le développement d’armes nucléaires en l’Iran.

L’Iran, quatrième exportateur de pétrole dans le monde, souligne que ses scientifiques nucléaires travaillent uniquement sur un moyen de satisfaire les besoins grandissants du pays en électricité.

La Russie a adopté une position plus ferme vis-à-vis de l’Iran ces dernières semaines, poussant Shafei à demander à Moscou de résister à la pression provenant de pays désirant créer « une supercherie propagandiste ». Il n’a pas nommé les pays en question.

« Nous espérons que la Russie va résister à la pression qu’elle subit, mais nous constatons que jusqu’à maintenant, la Russie a résisté à cette pression pesant sur elle », a affirmé Shafei.

Il a déclaré que l’Iran n’avait pas rejeté la proposition russe consistant à former une entreprise commune visant à enrichir de l’uranium pour Téhéran en Russie et a ajouté que l’offre était toujours à l’ordre du jour.

« Nous n’avons pas refusé la proposition de la Russie, car il s’agit d’une bonne initiative », a-t-il assuré. « Le gouvernement d’Iran considère attentivement cette proposition, mais naturellement cet examen prend du temps. »

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous