IranNucléaireUne fatwa iranienne approuve l’usage des armes nucléaires

Une fatwa iranienne approuve l’usage des armes nucléaires

-

The Sunday Telegraph, 20 février – De Colin Freeman et Philip Sherwell à Washington – Les dirigeants extrémistes religieux d’Iran ont émis une nouvelle fatwa (ou décret religieux) sans précédent, autorisant le recours aux armes atomiques contre les ennemis.

Montrant une fois de plus le durcissement de la détermination de Téhéran au sujet de la question nucléaire, les influents religieux musulmans ont pour la première fois remis en question la position traditionnelle de la théocratie dont la loi de la Sharia interdit l’usage des armes nucléaires.

Un mollah hautement placé a déclaré qu’il était « tout simplement naturel » de détenir des bombes nucléaires comme « contre-mesure » vis-à-vis des autres puissances nucléaires, probablement en référence à l’Amérique et à Israël.

Cette déclaration est particulièrement inquiétante dans le sens où elle est prononcée par Mohsen Gharavian, disciple de l’ultraconservateur ayatollah Mohammad Taghi Mesbah-Yazdi, généralement considéré comme l’ecclésiastique le plus proche du nouveau président d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad.

Surnommé « Professeur Crocodile » en raison de son conservatisme rigoureux, le groupe de l’ayatollah Mesbah Yazdi est opposé à pratiquement tout rapprochement avec l’Occident quelle qu’en soit la nature et aurait influencé le refus du président Ahmadinejad de négocier au sujet du programme nucléaire de l’Iran.

Ces commentaires, qui constituent la première déclaration publique de la cabale cléricale de Yazdi au sujet du nucléaire, pourraient signifier que les extrémistes religieux du pays commencent à préparer une justification théologique à la possession, et si nécessaire l’usage, de bombes atomiques.

Ces propos sont parus dans Rooz, journal en ligne dirigé par les membres du mouvement réformiste fracturé d’Iran, qui les a obtenus auprès de l’agence de presse IraNews qui a cité Mohsen Gharavian.

Rooz a rapporté que Mohsen Gharavian, enseignant dans une école religieuse dans la ville sainte de Qom, avait déclaré : « Pour la première fois, l’utilisation d’armes nucléaires ne constituera pas de problème en vertu de la Sharia ».

Il a également déclaré : « Alors que le monde entier est armé de bombes nucléaires, il est permis d’utiliser ces armes comme contre-mesure. Selon la Sharia également, seul l’objectif importe ».

Mohsen Gharavian n’a pas précisé quels types d’ « objectifs » justifieraient une frappe nucléaire, mais on pense que toute intervention militaire des États-Unis serait considérée comme une raison suffisante. L’ayatollah Mesbah Yazdi a donné auparavant une justification de l’usage de tueurs kamikazes contre les « ennemis de l’Islam » et pense que l’Amérique est résolue à détruire la République Islamique et ses valeurs. Ce dernier aperçu des opinions de la théocratie intervient au moment où les USA signalent un changement de stratégie vis-à-vis de l’Iran, après la décision plus tôt ce mois-ci de renvoyer le pays devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies en raison de la reprise de ses recherches nucléaires interdites.

Tandis que Washington a bien fait comprendre qu’une frappe militaire contre les sites nucléaires de l’Iran serait le « dernier recours », les hauts responsables à la Maison Blanche ont également pour objectif un changement provenant de l’intérieur du pays, en finançant les groupes d’opposition iraniens.

La secrétaire d’État, Condoleezza Rice, a déclaré que l’administration Bush demanderait 75 millions de dollars en plus au Congrès pour aider à soutenir le mouvement pro démocratie fracturé en Iran ainsi que des émissions par satellite en langue farsie.

Cette déclaration est l’annonce publique évidente que Washington a adopté une approche à deux volets avec l’Iran, combinant la recherche diplomatique d’une condamnation internationale unie de son programme nucléaire illicite à une campagne visant à saper le statut du régime.

Cette nouvelle tactique consiste à préconiser un changement de régime par des moyens pacifiques, bien que cette expression ne soit pas encore formulée en tant que politique officielle des États-Unis. Washington a l’espoir qu’une chaîne satellite diffusée en Iran encouragera les dissidents nationaux, tels que les chauffeurs de bus grévistes actuellement, dont la manifestation est la plus importante de la part de l’opposition organisée depuis celles des étudiants en 1999 et 2003.

Mme Rice a dévoilé ce changement de tactique une semaine après la visite à Washington d’une délégation d’officiels britanniques qui a vivement recommandé une politique occidentale coordonnée en utilisant la télévision satellite et Internet pour encourager l’opposition interne. Le département d’État était précédemment hésitant à adopter cette stratégie à deux volets.

Comme l’a rapporté le Sunday Telegraph la semaine dernière, les stratégistes du Pentagone mettent à jour des plans pour une politique de « dernier ressort » : le bombardement des sites nucléaires iraniens afin d’essayer d’empêcher le régime de se procurer la bombe atomique.

La grève des bus, pendant laquelle près de 1000 conducteurs ont été emprisonnés, a été déclenchée à l’origine par un conflit social au sujet de salaires impayés. Mais la vigueur de la réponse de l’État montre la nervosité du régime d’Ahmadinejad à l’égard de la dissidence interne.

On dit en Iran que Massoud Osanlou, leader du syndicat des chauffeurs de bus, a été arrêté à son domicile par des membres du Bassij, milice en faveur du régime, qui lui aurait coupé une partie de la langue en guise d’avertissement pour son silence.

Mais le conflit risque déjà de décevoir la classe ouvrière, parmi eux les travailleurs municipaux, qui avait donné son soutien à Ahmadinejad et qui avait voté en sa faveur en raison de sa promesse d’améliorer le sort des pauvres en Iran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous