IranNucléaireD'intenses négociations commencent à l'Onu sur le nucléaire de...

D’intenses négociations commencent à l’Onu sur le nucléaire de l’Iran

-

AFP, New York (Nations Unies), 10 mars – Une période d’intenses négociations s’est ouverte à New York avec le transfert mercredi du dossier nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l’Onu, dont l’unité risque d’être mise à l’épreuve à terme.

Dès mercredi soir, les ambassadeurs du « P5 », les cinq membres permanents du Conseil (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), se sont réunis pour discuter du dossier et jeter les bases d’un texte en vue d’une adoption prochaine.

A la sortie, ils se sont refusés au moindre commentaire sur les éléments qu’ils souhaitent voir figurer dans ce texte, indiquant seulement qu’ils allaient consulter leurs capitales et se revoir vendredi après-midi.

Tous les diplomates interrogés s’accordent cependant à dire que dans un premier temps, probablement la semaine prochaine, le Conseil se contentera d’une déclaration présidentielle enjoignant à l’Iran de se conformer aux demandes du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en suspendant de nouveau ses activités d’enrichissement d’uranium.

Un tel texte n’a pas le caractère contraignant d’une résolution mais nécessite l’unanimité des 15 membres du Conseil, alors qu’une résolution peut passer avec neuf voix seulement si aucun pays du P5 n’oppose son veto.

La plupart des diplomates du Conseil affirment qu’il est prématuré de parler de sanctions, soulignant qu’à leurs yeux, la transmission du dossier au Conseil de sécurité doit surtout servir à renforcer la main de l’AIEA.

« L’action du Conseil doit être progressive car ce que nous voulons, c’est que l’Iran revienne à la suspension » de l’enrichissement, a ainsi déclaré l’ambassadeur de France, Jean-Marc de La Sablière. L’action doit aussi être « réversible » si l’Iran obtempère, a-t-il précisé.

L’unanimité pour demander à Téhéran de suspendre l’enrichissement ne devrait pas être très difficile à obtenir car selon un diplomate siégeant au Conseil, il y a unité d’objectif au sein du P5, à savoir éviter que l’Iran ne devienne une puissance nucléaire.

« Ni les Russes ni les Chinois ne veulent que les Iraniens aient la bombe, ce qui serait nuisible au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et aux équilibres régionaux », a dit ce diplomate, qui a souhaité garder l’anonymat. Ils sont donc d’accord pour que Téhéran revienne à la suspension de ses activités d’enrichissement, a-t-il ajouté.

C’est dans un second temps, au cas où l’Iran n’obtempérerait pas, que l’unité du Conseil sera difficile à préserver, à en juger par les déclarations faites jusqu’ici.

Deux membres du P5, la Chine et la Russie, sont hostiles par principe à l’utilisation de l’arme des sanctions ou de la menace de sanctions par le Conseil, quel que soit le pays visé, à plus forte raison s’ils ont des intérêts économiques dans ce pays, ce qui est le cas avec l’Iran.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a ainsi affirmé mercredi à l’Onu qu’il n’y avait pas de solution militaire à cette crise et émis des doutes sur l’efficacité d’éventuelles sanctions contre Téhéran.

« Je ne pense pas que des sanctions en tant que moyen de résoudre une crise aient jamais atteint ce but dans l’histoire récente », a-t-il dit.
Selon l’ambassadeur de Chine à l’Onu, Wang Guangya, bien que la situation soit « très sérieuse », les mesures que le Conseil pourrait prendre « ne doivent pas aggraver la situation ». « Nous devons trouver un moyen de sortie » de cette crise, a-t-il affirmé.

Le plus « dur » des membres du Conseil, les Etats-Unis, qui poussaient depuis trois ans pour transférer le dossier iranien à l’Onu, ont déclaré jeudi que l’Iran représentait le « principal défi » pour leur politique étrangère. Téhéran a menacé de représailles si le Conseil de sécurité agit contre lui.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous