IranNucléaireParis estime que la "crise de confiance" avec l'Iran...

Paris estime que la « crise de confiance » avec l’Iran « demeure entière »

-

AFP, Paris – Le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a estimé mercredi que « la crise de confiance » avec l’Iran sur son programme nucléaire « demeure entière », estimant que « le moment est venu » de saisir le Conseil de sécurité de l’Onu sur ce dossier.

« La crise de confiance dans la nature et les objectifs du programme iranien demeure entière », a déclaré le chef de la diplomatie française dans un communiqué.

M. Douste-Blazy a regretté « qu’un accord n’ait pu être trouvé » lors d’une réunion mercredi à Vienne du conseil des gouverneurs l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Une nouvelle fois, l’Iran n’a pas saisi la main que les Européens et leurs principaux partenaires, notamment la Russie, lui ont tendue », a poursuivi le ministre.

« Le moment est venu maintenant – comme nous l’avons décidé, avec mes collègues européens, ainsi qu’avec les Américains, les Russes et les Chinois, à Londres en janvier dernier – pour que le conseil de sécurité des Nations unies joue tout son rôle et vienne appuyer l’action de l’AIEA », a-t-il ajouté.

« Personne ne conteste que l’Iran, comme tous les Etats, a un droit légitime à l’énergie nucléaire à des fins pacifiques », souligne-t-il, tout en ajoutant qu' »il doit pour cela respecter ses obligations internationales et accomplir les gestes nécessaires pour reconstruire la confiance ».

Paris continue de réclamer à cette fin une « suspension complète » des activités iraniennes liées à l’enrichissement et au retraitement de l’uranium, « y compris la recherche et le développement ».

M. Douste-Blazy assure que la France « assumera ses responsabilités au Conseil de sécurité », où elle dispose d’un siège permanent, « dans le souci de préserver l’unité de la communauté internationale, mais aussi avec la volonté de rester ferme face à tous les risques de prolifération ».

Il se déclare « convaincu que des solutions existent dès lors qu’un dialogue sincère et honnête s’instaure » et ajoute que la France « s’y emploiera au cours des prochains jours pour faire prévaloir la voie de la raison et de la paix ».

La France fait partie, avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne, du groupe informel « UE-3 » engagé dans des discussions avec l’Iran pour obtenir des garanties que son programme nucléaire, officiellement à vocation civile, ne cache pas des ambitions militaires.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous