IranNucléaireL'AIEA ne devrait pas pénaliser l'Iran cette semaine

L’AIEA ne devrait pas pénaliser l’Iran cette semaine

-

AFP : 24 novembre – L’Iran, qui a cédé aux Européens en suspendant l’enrichissement d’uranium, va échapper aux foudres de l’AIEA réunie à partir de jeudi à Vienne, mais le dossier nucléaire de Téhéran risque de rester ouvert en raison du scepticisme américain sur les intentions réelles des Iraniens.
A la réunion du conseil des gouverneurs, l’exécutif de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), les Etats-Unis vont finalement soutenir une résolution de l’Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne, selon des sources diplomatiques mercredi.
Cette résolution de compromis écarte une saisine du Conseil de sécurité de l’Onu et donc d’éventuelles sanctions contre l’Iran.
Les Américains, « pragmatiques, reconnaissent que le texte des trois Européens est plutôt bon et qu’il n’y a guère d’alternative valable » à ce stade, a déclaré un diplomate occidental sous couvert de l’anonymat.
Mais, selon lui, les Etats-Unis restent convaincus de la « mauvaise foi » de Téhéran et de sa volonté d’avoir l’arme nucléaire.
La république islamique a désamorcé la menace d’un renvoi du dossier devant les Nations unies à New York, en annonçant avoir suspendu lundi toutes ses activités d’enrichissement après un accord in extremis avec Berlin, Londres et Paris, lesquels lui promettent en échange une coopération multiple.
Le directeur de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, a estimé lundi que la suspension était bien engagée: « J’espère être en mesure d’ici à jeudi de rapporter que les inspecteurs ont pu vérifier la suspension », a-t-il dit à Vienne.
« Les prochaines semaines permettront de dire si les Iraniens respectent l’accord », estime Andy Oppenheimer, expert en armes nucléaires à Londres. « Les Iraniens gagnent du temps grâce aux Européens » et « les Américains ne sont pas contents d’avoir été mis sur la touche », a déclaré à l’AFP ce consultant auprès du magazine militaire spécialisé Jane’s.
Le président américain George W. Bush a reconnu « quelques progrès » mais a exigé une « vérification ». Selon lui, les Européens « s’inquiètent, comme nous, du fait que l’Iran développe une arme nucléaire ».
L’Iran affirme qu’une suspension ne peut être que provisoire. Il ne démantèlera jamais son programme nucléaire mais « est prêt à donner toutes les assurances que ses activités d’enrichissement ne serviront jamais à des fins militaires », a déclaré le principal négociateur iranien, Hossein Moussavian, à l’AFP à Pékin.
Le chef de la diplomatie américaine, Colin Powell a, lui, évoqué mardi une reprise « le moment venu » des relations avec l’Iran, tout en soulignant les difficultés à surmonter.
Le projet euro-américain demande à l’Iran de donner « accès sans restriction » aux inspecteurs onusiens, lesquels auront à « fournir des assurances crédibles concernant l’absence de matériaux et activités nucléaires non déclarés en Iran ».
Dans ce texte qui a été durci, les trois Etats de l’UE se disent aussi « préoccupés que l’Iran ait continué ses activités de conversion, y compris la production d’UF6, malgré la demande faite par le conseil en septembre ».
Or, selon M. ElBaradei, l’Iran a « probablement produit un maximum de deux tonnes » de ce gaz injecté dans les centrifugeuses pour l’enrichissement, une quantité insuffisante pour fabriquer une bombe.
La conversion de minerai en UF6, pas plus que l’enrichissement, ne sont interdits par le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), dont l’AIEA est le garant et que l’Iran a signé.
Mais l’exécutif de cette agence onusienne avait réclamé en septembre que l’Iran y renonce afin de restaurer la confiance de la communauté internationale.
En fait, souligne Andy Oppenheimer, « tout dépend de savoir si les Iraniens mènent des activités clandestines », notamment sur la filière du plutonium, et « s’ils possèdent des plans militaires » sophistiqués achetés au Pakistan.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous