IranNucléaireL’Europe propose la construction d’un réacteur dans le cadre...

L’Europe propose la construction d’un réacteur dans le cadre de son offre à l’Iran

-

The New York Times, Washington, 16 mai – De STEVEN R. WEISMAN – Les principales nations européennes, aux côtés des Etats-Unis, se préparent à offrir à l’Iran leur aide dans la construction d’un réacteur nucléaire à eau légère à usage civil en échange de la suspension de ses activités, suspectées d’être une couverture pour un programme d’armes, ont déclaré mardi les diplomates européens et américains.

L’offre d’aide pour la construction d’un réacteur nucléaire à eau légère, ne pouvant pas être facilement utilisé pour le développement d’armes, fait partie d’une série de mesures incitatives que les Européens essaient de mettre en place dans une nouvelle tentative de sauvetage des négociations avec l’Iran. Cette série de mesures a également pour objectif de contenir les menaces de sanctions économiques si l’Iran ne coopère pas.

Afin de faire cesser les activités d’enrichissement nucléaires iraniennes et de rassurer l’Occident sur le fait que le pays ne développe pas d’armes nucléaires, les Européens n’avaient pas rejeté la possibilité que l’Iran puisse avoir un réacteur à eau légère. Mais la nouvelle série de mesures promettrait de manière plus explicite l’aide de l’Occident pour le construire, ont expliqué les hauts responsables.

« Les Européens ressortent et peaufinent ce qui a déjà été proposé et voient ce qui est faisable en termes de nouvelles idées », a déclaré un haut responsable du département d’Etat, un des diplomates qui a travaillé sur la série de mesures européenne, qui a désiré rester anonyme parce qu’ils ne sont pas autorisés à parler de ce projet qui n’est pas encore achevé.

Un réacteur à eau légère nécessite de l’uranium enrichi pour le combustible, mais en vertu du marché que doit proposer l’Occident, celui-ci garantirait à l’Iran un approvisionnement en combustible provenant de l’étranger qui serait ensuite renvoyé après utilisation. De cette façon, selon les experts occidentaux, les sous-produits du réacteur ne pourraient pas être utilisés dans un programme d’armes.

L’administration Bush n’a pas officiellement approuvé ces mesures car celles-ci ne sont pas définitives et parce que les diplomates américains affirment que les sanctions n’ont pas été achevées. Washington veut s’assurer que l’Europe présente à l’Iran des avantages pour sa coopération et des sanctions pour sa défiance.

Les diplomates américains et européens reconnaissent qu’ils sont loin d’être certains que l’Iran soit intéressé par une nouvelle offre européenne, qui doit faire l’objet d’un débat plus tard cette semaine à Londres ou en début de semaine prochaine pour les hauts diplomates américains, européens, russes et chinois.

L’attitude de la Russie et de la Chine est considérée comme cruciale, selon les diplomates. Jusqu’à maintenant, la Russie et la Chine ont rejeté les efforts des Etats-Unis pour obtenir une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU demandant que l’Iran coopère dans le domaine nucléaire ou risque d’éventuelles sanctions.

La semaine dernière, de hauts diplomates ont tenté de définir un ensemble de mesures lors d’un meeting, qui selon les hauts responsables européens s’est mal passé. Ils ont rapporté que la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice et le ministre des Affaires Etrangères russe, Sergey V. Lavrov, avaient eu une conversation animée au sujet de l’Iran lors d’un dîner auquel assistaient les autres diplomates.

Certains affirment que Mme Rice et M. Lavrov avaient discuté rudement aussi bien en russe qu’en anglais, langues qu’ils parlent tous les deux, d’une façon laissant place au désarroi quant à la perspective d’une coopération future. C’est ensuite que Mme Rice et d’autres diplomates ont proposé l’idée de reformuler leurs propositions à l’Iran.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France espèrent que, dans le cas où l’Iran rejette ces dernières mesures incitatives, la Russie serait plus enclin à faire un pas en avant pour des sanctions éventuelles. Mais il s’agit d’un espoir plus que d’une attente, selon les diplomates européens.

L’Iran maintient que toutes ses activités ont pour objectif de fournir de l’énergie nucléaire civile, mais les spécialistes occidentaux affirment qu’avec tout son pétrole, l’Iran n’a pas besoin d’énergie nucléaire et tente probablement de développer la bombe. Les inspecteurs internationaux condamnent aussi l’Iran pour n’avoir pas dévoilé ses activités nucléaires, comme le prévoient différents accords.

La nouvelle série de mesures devant être présentée à l’Iran est le dernier produit des négociations qui durent depuis plus d’un an et demi. Les mesures précédentes ont été proposées à l’Iran en août dernier par la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Union Européenne. En échange de l’abandon de l’enrichissement d’uranium, ils ont offert à l’Iran un éventail de mesures coopératives, dont le renforcement des liens diplomatiques, de possibles garanties de sécurité et des relations économiques et commerciales améliorées. L’Iran a rejeté à plusieurs reprises ces offres tant que le prix à payer était l’abandon de l’enrichissement d’uranium, activité que le pays a redémarrée l’été dernier en dépit des protestations de l’Occident.

Certains membres de l’administration Bush disent que l’Iran approche un « point de non-retour », s’il ne l’a pas encore atteint, où le pays maîtrise la technologie et la compréhension du processus d’enrichissement, lui permettant finalement de produire l’arme nucléaire. Mais en réalité, la fabrication d’armes prendrait des années, selon ces hauts responsables.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous