IranNucléaireLes grandes banques allemandes cessent la plupart de leurs...

Les grandes banques allemandes cessent la plupart de leurs relations avec l’Iran

-

The Wall Street Journal, 31 juillet – Par GLENN R. SIMPSON et DAVID CRAWFORD – (Extraits) La Deutsche Bank et la Commerzbank, les deux plus grandes banques d’Europe, qui continuaient de faire affaires avec l’Iran en dépit de la pression exercée récemment par les États-Unis, annoncent qu’elles cesseront la plupart de leurs relations avec des sociétés iraniennes.

Si l’Iran perdait ces liens avec les deux banques allemandes, cela représenterait un coup dur pour le pays, à moins que celui-ci ne se rallie rapidement à d’autres banques pour soutenir son commerce international. L’Iran transfère de l’argent via des comptes en euros dans ces deux établissements allemands et dépend de ceux-ci pour le financement d’opérations commerciales, selon les hauts responsables du contre-terrorisme qui scrutent le système financier mondial.

Cette décision est susceptible de pousser l’Iran à se tourner vers d’autres nations moins favorables à la pression américaine contre son gouvernement. L’Iran utilise déjà la Banque de Chine à Pékin pour certaines de ses transactions internationales, affirment des personnes ayant accès à des informations secrètes d’ordre financier.

La Deutsche Bank et la Commerzbank sont devenues les centres financiers les plus importants pour l’Iran en Europe au premier semestre 2007, tandis que les autres banques européennes cédaient à la pression des États-Unis, d’après de hauts responsables aux USA et dans d’autres pays chargés de la surveillance du systèmes financier international. Les États-Unis tentent de renforcer la pression contre l’Iran afin de lui faire abandonner son programme de combustible nucléaire qui, selon Washington et d’autres gouvernements occidentaux, est destiné à produire des armes nucléaires. Téhéran affirme que son programme a des fins purement civiles.

L’Iran compte depuis toujours sur l’Europe pour ses besoins financiers face aux sanctions américaines. L’Allemagne représente une de ses principales sources d’importations, le pays ayant fourni 14 % de ses importations en 2006. Ni l’Allemagne, ni les autres gouvernements européens n’imposent de sanctions économiques générales à l’Iran.

Ces derniers mois, les hauts responsables du ministère des Finances américain ont exprimé directement aux hauts dirigeants de ces banques et du gouvernement allemand leur inquiétude face à la situation. Il y a quelques semaines, la Commerzbank a informé les hauts responsables du Trésor lors d’une réunion à Francfort, qu’elle cessait toutes relations avec l’Iran, selon des personnes ayant eu vent de ce meeting. Le porte-parole de la Commerzbank a confirmé la décision de rompre la plupart de ses liens avec l’Iran et a déclaré que la banque avait informé les États-Unis de cette initiative.

La Deutsche Bank a commencé à prévenir un grand nombre de ses clients iraniens qu’elle avait pris la même décision peu après la venue à la mi-juillet en Allemagne de Stuart Levey, sous-secrétaire américain au Trésor, chargé des affaires de terrorisme et de renseignement financier.

Le porte-parole de la Deutsche Bank a déclaré que son établissement cessait ses relations avec ses clients en Iran dans le cadre d’une nouvelle politique commerciale. La banque a adressé le 20 juillet à ses clients iraniens un courrier les informant de la fin de leurs relations dès le 14 septembre, selon le porte-parole.

« Les efforts croissants requis pour assurer une adhésion totale aux directives de l’Union européenne et des Nations unies sont si importants que cela ne vaut plus la peine de poursuivre ces relations », a affirmé le représentant de la banque.

Cette décision est susceptible d’inciter l’Iran à chercher des financements dans d’autres pays désirant encore traiter avec lui. Tandis que la Russie et le Venezuela ne possèdent pas de banques majeures confortablement installées dans les réseaux financiers internationaux, ils détiennent cependant une quantité importante de devises américaines provenant de leurs revenus du pétrole et pourraient probablement trouver d’autres voies pour faire affaires avec l’Iran. Le Venezuela et l’Iran collaborent à la création d’un nouvel organisme multinational prêteur baptisé Bank of the South. L’Iran achète des équipements nucléaires à la Russie pour son réacteur civil situé à Bushehr, ainsi que des matériaux pour armes à la Russie et à la Chine.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous