IranNucléaireA Davos, le Pakistan pousse l'Iran au compromis sur...

A Davos, le Pakistan pousse l’Iran au compromis sur le nucléaire

-

AFP, Davos (Suisse), 30 janvier – Le Premier ministre pakistanais Shaukat Aziz a pressé l’Iran, lors d’une rencontre à Davos avec le ministre iranien des Affaires étrangères Kamal Kharazi, d’atteindre un compromis avec les USA et l’UE sur ses ambitions nucléaires, a-t-on appris dimanche de source diplomatique pakistanaise.
M. Aziz et son ministre des Affaires étrangères Khurshid Kasuri « ont essayé de faire passer la position européenne » auprès du ministre iranien, lors d’une rencontre vendredi en marge du Forum économique mondial de Davos.
Lors de cet entretien, les responsables pakistanais « n’ont pas mâché leurs mots », a-t-on insisté de même source. Téhéran a été averti « sèchement, au bord de l’impolitesse » des inquiétudes pakistanaises face à la position iranienne et a été appelé « à ne pas faire d’erreur ».
Dans un entretien avec l’AFP, le chef de la diplomatie pakistanaise a indiqué que son pays soutient l’initiative du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France. « Nous estimons que le rôle joué par (les trois pays européens) est positif, parce que nous pensons qu’une résolution pacifique de ce conflit est très souhaitable », a-t-il déclaré.
« Etant leurs voisins, et la situation en Irak étant déjà ce qu’elle est, nous ne voulons pas de nouveaux troubles à nos frontières », a-t-il expliqué. « Nous avons payé un lourd prix » en Afghanistan.
« Nous ne voulons pas une déstabilisation similaire à nos frontières de nouveau, donc il est dans notre intérêt que ce conflit soit résolu pacifiquement », a-t-il ajouté.
Depuis plus d’un an, l’avancée du programme nucléaire iranien inquiète la communauté internationale, Etats-Unis et Israël en tête, qui soupçonne Téhéran de vouloir se doter de la bombe atomique sous couvert d’un programme civil destiné officiellement à la production d’électricité.
Au nom de l’Union européenne, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni négocient depuis la mi-décembre avec Téhéran pour obtenir un accord à long terme par lequel les Iraniens renonceraient définitivement à toute ambition nucléaire militaire.
L’UE a durci sa position envers l’Iran, exigeant, lors d’une rencontre à huis clos à Genève le 17 janvier, que ce pays démantèle ses installations d’enrichissement d’uranium afin de prouver que son programme nucléaire est pacifique.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous