IranNucléaireNucléaire iranien : la Maison Blanche dément des pourparlers...

Nucléaire iranien : la Maison Blanche dément des pourparlers secrets avec Téhéran

-

Le Monde, 15 avril – La présidence américaine a démenti, lundi 14 avril, l’existence de « pourparlers secrets » avec l’Iran sur son programme nucléaire militaire. Dans son édition dominicale, The Independant avait évoqué des « rencontres », menées par l’ex-numéro trois du département américain sous le président de Bill Clinton, Thomas Pickering. Celui-ci indiquait au quotidien britannique avoir, comme ses homologues iraniens, tenu les autorités régulièrement informées de ces contacts, que le président George Bush n’a « pas découragés ». Ces rencontres « purement privées », a rétorqué la Maison Blanche, n’avaient « aucun statut officiel » et « n’étaient pas un moyen de passer des messages ».

Ces entretiens avaient été rendus publics il y a près d’un mois. Dans la New York Review of Books du 20 mars, M. Pickering, le physicien nucléaire Jim Walsh et William Luers, président de l’UNA-USA (Association américaine pour les Nations unies), présentaient dans un article une proposition « pour sortir de l’impasse nucléaire américano-iranienne » qu’ils disaient issue de « rencontres tenues depuis cinq ans [entre »> d’anciens diplomates et experts américains [dont eux-mêmes »> et un groupe d’universitaires et de conseillers politiques iraniens ». Constatant que « le temps ne joue pas en faveur des Etats-Unis », ils proposaient que Washington offre à Téhéran de continuer à enrichir son uranium, mais « dans un programme multilatéral » dirigé par un consortium international. L’Iran devrait s’engager à signer le protocole additionnel du traité de non-prolifération nucléaire, cesser lui-même tout enrichissement d’uranium ou régénération de plutonium ainsi que toute recherche sans l’accord du consortium, et ne posséder que des centrales à eau légère (qui utilisent un uranium moins enrichi que les autres). Admettant « les risques potentiels » de leur proposition, les trois hommes concluaient que, du point de vue « coût-bénéfice », l’alternative est « pire » : le refus de négocier n’empêche pas l’Iran de poursuivre l’enrichissement de son uranium et il trouve des « contre-feux » aux sanctions.

CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES

Selon Robert Malley, chargé du dossier Proche-Orient au groupe de réflexion International Crisis Group (que M. Pickering copréside), ce contact n’était qu’un « parmi les divers canaux » actifs à Washington sur le dossier iranien. Son existence était « connue des experts » et il ne constituait qu’une « piste deux » (« track two » en langage diplomatique, c’est-à-dire informelle, par opposition aux contacts secrets « piste un » ou « un et demi » officiels ou semi-officiels). Dès lors, pourquoi ce « canal » devient-il une « affaire » longtemps après avoir été rendu public sans démenti ?

Depuis le discours de M. Bush, le 10 avril, où il a déclaré que les Etats-Unis « agiront » si Téhéran poursuit son attitude hostile en Irak, Washington bruisse d’échos sur une reprise de l’affrontement, à la Maison Blanche, entre le « clan » du vice-président Dick Cheney, qui serait partisan de mener une attaque contre les sites nucléaires iraniens, et ses opposants, emmenés par le secrétaire à la défense, Robert Gates, et la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice. Un diplomate américain en poste à Bagdad estime cependant que « presque plus personne n’envisage sérieusement d’attaquer l’Iran ». Selon lui, l’ambassadeur américain en Irak, Ryan Crocker, et le général David Petraeus, chef des forces de la coalition, y sont également opposés. Ils estimeraient que, plus encore qu’un retrait militaire américain précipité, une action militaire contre Téhéran aurait des conséquences désastreuses en Irak.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous