IranNucléaireNucléaire : les grandes puissances déclinent l'invitation de l'Iran

Nucléaire : les grandes puissances déclinent l’invitation de l’Iran

-

AFP: L’invitation faite par l’Iran à des grandes puissances, notamment la Chine, la Russie et l’Union européenne (UE), de visiter certains de ses sites nucléaires a été déclinée par ces pays-clés, selon des sources diplomatiques à Vienne, siège de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA).

Seuls cinq pays ont annoncé qu’ils participeraient à la visite, qui aura lieu ce week-end, en l’occurrence l’Egypte, l’Algérie, Cuba, la Syrie et le Venezuela, les quatre derniers étant traditionnellement proches de Téhéran, a-t-on indiqué de sources diplomatiques à l’AFP.

D’autres pays, comme la Chine et la Russie, n’ont pas donné de réponse officielle, ont ajouté les diplomates, qui s’exprimaient sous couvert de l’anonymat, mais ont laissé entendre qu’ils n’y prendraient pas part.

Le représentant de l’Iran auprès de l’AIEA, Ali Asghar Soltanieh, n’était pas disponible pour confirmer quels pays avaient accepté l’invitation.

A Moscou, le 13 janvier, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déclaré que l’invitation de Téhéran « méritait » que l’on y prête « attention », mais qu’elle ne saurait remplacer les inspections de l’AIEA.

A Pékin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hong Lei, souligne que « le représentant de la Chine à Vienne est encore chez lui, donc ce sera difficile pour lui de se rendre » à la visite organisée par l’Iran, ce qui a été interprété comme un refus poli.

De son côté, l’Union européenne avait rapidement décliné l’invitation, adressée à la Hongrie, en tant que présidente de l’UE, jugeant que « c’est à l’AIEA de visiter » les sites nucléaires iraniens.

L’Iran avait invité début janvier plusieurs pays membres de l’AIEA, dont la Russie, la Chine, l’Egypte et Cuba, ainsi que la Hongrie à visiter sa principale installation d’enrichissement d’uranium à Natanz et son usine à eau lourde à Arak, selon des sources diplomatiques à Vienne, alors que la dernière visite d’inspection de l’AIEA en Iran remonte à déjà février 2007.

Les puissances occidentales, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, ne figuraient pas sur cette liste, a-t-on indiqué de mêmes sources.

Ces pays soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert d’un programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.

L’invitation inhabituelle de Téhéran avait été lancée tandis que les négociations sur le nucléaire entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) doivent reprendre le 20 janvier à Istanbul.

Le chef de la diplomatie de l’UE, la Britannique Catherine Ashton, se trouve déjà dans la métropole turque pour préparer cette réunion. Interrogée sur ses attentes, Mme Ashton a affirmé que « l’objectif était à présent de chercher des moyens tangibles et crédibles de faire avancer » le dossier.

Une précédente réunion avait eu lieu les 6 et 7 décembre à Genève après 14 mois de suspension.

Le programme nucléaire iranien a été condamné par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans six résolutions, dont quatre assorties de sanctions économiques et politiques.

Ces sanctions ont été renforcées, depuis juin, par celles, beaucoup plus sévères, adoptées par les Occidentaux pour tenter de convaincre l’Iran de modifier son attitude.

Outre ceux de Natanz et d’Arak, l’Iran développe et/ou utilise cinq autres sites dans le cadre de son programme nucléaire controversé, dont le dernier en date est celui de Fordo près de Qom (centre).

L’usine de Natanz est la plus connue et est sous la surveillance des inspecteurs de l’AIEA. Le réacteur à eau lourde d’Arak, qui n’est pas encore achevé, est officiellement destiné à produire du plutonium à des fins de recherche médicale.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous