IranNucléaireKerry met en garde l'Iran

Kerry met en garde l’Iran

-

RYAD, 4 mars 2013 (AFP) – Par Nicolas REVISE –  Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a promis lundi à Ryad de continuer à renforcer l’opposition syrienne sans l’armer, tout en donnant implicitement son aval aux livraisons d’armes aux rebelles « modérés » effectuées par des pays du Golfe.

Le nouveau patron de la diplomatie américaine a aussi profité de son passage en Arabie saoudite pour réaffirmer que le temps de la diplomatie avec l’Iran pour son programme nucléaire n’était pas « infini » et pour déjeuner avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

A Ryad, M. Kerry a rencontré séparément les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays du Golfe, qui avaient exprimé dimanche soir leur soutien à un règlement négocié en Syrie, mais réclamé une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Les Etats-Unis s’engagent à continuer d’oeuvrer (…) à renforcer l’opposition syrienne », a dit M. Kerry lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue saoudien, le prince Saoud Al-Fayçal.

Mais le secrétaire d’Etat, dont l’administration refuse d’armer les rebelles syriens, a répété qu’il n’y avait « pas de garanties qu’une arme ou une autre ne puisse pas tomber pas dans de mauvaises mains ».

Toutefois, prenant acte du fait que des armes sont envoyées aux rebelles par l’Arabie saoudite ou le Qatar, M. Kerry a expliqué que l’opposition syrienne avait « maintenant la capacité de s’assurer que ce qui va à l’opposition modérée et légitime lui parvient effectivement ».

Son hôte saoudien a pour sa part souligné « le droit du peuple syrien à se défendre » et réclamé un « embargo sur les armes à destination du régime syrien (…) et de sa machine à tuer ».

Les six pays arabes du Conseil de coopération du Golfe (CCG), alliés des Etats-Unis, reprochent à Washington son refus d’armer l’opposition syrienne et estiment que son attitude à l’égard de l’Iran n’est pas assez ferme.

« Pas de laps de temps infini »

Sur ce programme nucléaire iranien controversé, « nous préférons tous les deux (les Etats-Unis et l’Arabie saoudite) le choix de la diplomatie, mais la fenêtre pour une solution diplomatique ne peut simplement pas, par définition, rester ouverte indéfiniment », a réaffirmé M. Kerry.

« Il n’y a pas un laps de temps infini », a-t-il martelé.

Le prince Saoud, dont le pays redoute les ambitions du voisin iranien, a dit espérer que les négociations entre l’Iran et les grandes puissances aboutiraient « à une solution radicale ».

M. Kerry a également déjeuné avec le président palestinien Mahmoud Abbas, arrivé la veille à Ryad. Il a précisé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait été mis « au courant » de cette rencontre.

« J’ai attendu cette rencontre et je crois que vous aussi », a lancé M. Kerry en saluant M. Abbas, lequel a acquiescé.

La tournée marathon du patron de la diplomatie américaine –en Europe et dans les pays arabes– ne passe pas par Israël et les territoires palestiniens, où le président Barack Obama doit se rendre autour du 20 mars.

« Le président Abbas va exposer à la nouvelle administration américaine le point de vue palestinien avant la visite de M. Obama », avait déclaré l’ambassadeur de Palestine à Ryad, Jamal al-Chawbaki, à la radio palestinienne.

M. Abbas devait « souligner les violations israéliennes à Jérusalem et la poursuite de la colonisation, et soulever la question des détenus palestiniens en grève de la faim », a-t-il ajouté.

M. Kerry, qui a également rencontré le prince héritier saoudien, Salman ben Abdel Aziz, mais n’a pas été reçu par le roi Abdallah, devait poursuivre sa route lundi soir vers Abou Dhabi.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous