IranNucléaireNucléaire: l'Iran déterminé à poursuivre l'enrichissement de l'uranium

Nucléaire: l’Iran déterminé à poursuivre l’enrichissement de l’uranium

-

AFP, 3 mai – L’Iran est déterminé à poursuivre l’enrichissement de l’uranium et refuse d’abandonner cette activité en guise de garantie qu’il ne fabrique pas d’arme nucléaire, a déclaré mardi à l’Onu le ministre iranien des affaires étrangères, Kamal Kharazi.

« L’Iran est déterminé à poursuivre ses activités dans tous les domaines légaux de la technologie nucléaire, y compris l’enrichissement, exclusivement à des fins pacifiques », a dit M. Kharazi, au deuxième jour d’une conférence sur le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) au siège de l’Onu à New York.

Lundi, son homologue allemand, Joschka Fischer, avait averti qu’une reprise de ses activités d’enrichissement par Téhéran signifierait « l’effondrement » des négociations irano-européennes.

M. Fischer avait ajouté qu’une telle situation mènerait au transfert par l’Europe et les Etats-Unis du dossier iranien devant le Conseil de sécurité des Nations unies, pour l’adoption éventuelle de sanctions internationales.

Mais M. Kharazi a déclaré que « personne ne devrait s’imaginer qu’une cessation, ou même une longue suspension, d’activités légales » telles que l’enrichissement — dont l’Iran affirme qu’il est autorisé, à des fins pacifiques, par le TNP — « peut constituer des garanties objectives » qu’un pays ne cherche pas à se doter de l’arme atomique.

A Téhéran, l’Iran a annoncé mardi qu’il allait reprendre sous peu certaines activités nucléaires sensibles qu’il a suspendues, malgré la menace de sanctions internationales.

L’Iran avait accepté en novembre de suspendre ses activités relatives au cycle d’enrichissement de l’uranium, qui sont au coeur des préoccupations internationales, et d’ouvrir des négociations avec l’UE représentée par l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne.

Mais, depuis, Téhéran s’est déclaré insatisfait par ces négociations, dans lesquelles les Européens lui ont fait des offres en matière commerciale, technologique et sécuritaire en échange de « garanties objectives » que l’Iran ne cherche pas à fabriquer des armes nucléaires.

« La cessation d’activités légales n’est pas une garantie objective contre ce qu’on appelle le +break-out+ » (la capacité de fabriquer des armes nucléaires). C’est au contraire la meilleure recette, prouvée historiquement », a dit M. Kharazi.

Il a ajouté que l’Iran avait mené et mènerait à l’avenir ses activités d’enrichissement « sous la supervision la plus complète de l’AIEA », l’Agence internationale de l’énergie atomique.

M. Kharazi a également rejeté des propos tenus lundi par les Américains. « Il est inacceptable que certains tendent à limiter l’accès à une technologie nucléaire pacifique à un club fermé d’Etats techniquement avancés sous prétexte de non-prolifération », a-t-il lancé.

Le secrétaire d’Etat adjoint chargé des questions de désarmement, Stephen Rademaker, avait visé l’Iran en affirmant la veille qu’aux termes du TNP, les Etats qui ne satisfont pas aux garanties de non-prolifération ne doivent pas recevoir d’aide pour développer une technologie nucléaire pacifique.

La Russie apporte actuellement son aide à l’Iran pour la construction d’un réacteur nucléaire.

M. Kharazi s’en est pris vivement aux Etats membres du club nucléaire pour ne pas s’être débarrassés de leurs armes comme le TNP l’exigeait, dans une allusion aux Etats-Unis.

« Certains pays nucléaires développent actuellement des armes nouvelles et plus faciles à utiliser », a-t-il dit, dans une référence aux mini-armes nucléaires, appelées « anti-bunker », que Washington envisage de fabriquer.

Il a estimé injuste que les Etats ne participant pas au TNP « aient un accès illimité au matériel, à l’équipement et à la technologie, tandis que ceux qui sont parties au TNP subissent des restrictions sévères ».
Il faisait là une allusion à Israël, qui bénéficie d’une aide technologique des Etats-Unis, alors que l’Iran fait l’objet de sanctions américaines qui l’empêchent d’acquérir de la technologie sensible.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous