NewsResistanceRéponse du régime iranien aux manifestations de censure et...

Réponse du régime iranien aux manifestations de censure et de violence

-

Les dirigeants du régime iranien ont réagi à la vague de protestations en cours contre la mort de Mahsa Amini, la jeune femme de 22 ans décédée en garde à vue il y a deux semaines après avoir été victime de violences. La fermeture d’Internet en Iran est l’un des principaux aspects qui permet au régime d’augmenter ses actes de violence contre des civils innocents.

Depuis mercredi, surtout, Internet est sévèrement restreint à travers le pays. Les réseaux mobiles sont largement éteints selon les rapports de l’organisation NetBlocks, une organisation fondée en 2017 pour surveiller la liberté sur Internet. L’accès à Instagram, la seule grande plate-forme de médias sociaux encore autorisée en Iran, est toujours limité.

L’Iran est désormais soumis aux restrictions Internet les plus strictes, à la suite du massacre de novembre 2019. Selon des organisations de défense des droits de l’homme, environ 1 500 personnes ont été tuées lors de manifestations contre la hausse des prix du pétrole fin 2019. Ces jours-ci, la situation en Iran est très tendue. Beaucoup de gens sont en colère et désespérés et ont l’impression d’avoir peu à perdre. Ils souffrent beaucoup de la crise économique actuelle et des représailles quotidiennes.

La mort récente d’une jeune femme, qui a été détenue pour avoir prétendument enfreint les règles du port obligatoire du foulard, a fait éclater la colère et le ressentiment envers le système politique. Il s’agit d’une crise interne profonde, et le gouvernement n’a pas eu d’autre réponse pour résoudre les problèmes que de poursuivre la répression des citoyens iraniens.

Le régime est un système politique qui est en guerre constante avec son propre peuple. La fermeture d’Internet a un objectif clair : cacher le fait que la police et les forces de sécurité vont réprimer les manifestations de toutes leurs forces et massacrer les manifestants, et empêcher le monde de voir des images de ce qui se passe.

Les restrictions à l’accès international à Internet peuvent être jugées de deux points de vue. Cette question peut être considérée à la fois du point de vue des droits de citoyenneté et du point de vue des avantages économiques.

Les développements de la dernière décennie ont fait du droit d’accès à Internet pratiquement l’un des droits des citoyens du pays. Autrement dit, tout comme les gouvernements considèrent l’accès à l’eau potable, à l’électricité, au réseau de télécommunication et à l’éducation publique comme leur devoir, ils devraient également considérer le développement et la poursuite de l’accès à Internet comme leur devoir inhérent et y investir.

Pour cette raison, limiter ce droit peut être considéré comme une forme de privation des citoyens de leurs droits fondamentaux. Du point de vue économique, la fermeture d’Internet ne fera qu’augmenter les niveaux de pauvreté croissants dans le pays. À l’heure actuelle, une personne sur cinq en Iran vit actuellement sous le seuil de pauvreté.

Le quotidien public Donya-e Eghtesad a souligné certaines des pertes et des inconvénients certains de la fermeture d’Internet dans la vie quotidienne et a écrit : « Certes, l’une des premières conséquences de telles décisions est la réduction des ventes des entreprises en ligne. Il convient de noter qu’être connecté à l’Internet interne (c’est-à-dire des conditions dans lesquelles l’accès aux services externes n’est pas établi, mais les services internes fonctionnent) ne résout pas ce problème.

Ils ont déclaré: « Un nombre important de personnes ne comprennent pas la différence entre l’Internet national et l’Internet international, et lorsqu’elles ne peuvent pas utiliser le moteur de recherche Google, elles supposent qu’Internet est complètement déconnecté. »

Le quotidien ajoute encore : « Surtout, ils ne conservent pas les adresses de domaine des sites iraniens. On estime que les sites iraniens dépensent environ 3000 milliards de rials par an pour le référencement uniquement sur Google afin d’être vus de mieux en mieux par les clients lors de la recherche de biens et de services. Lorsque Google est en panne, tous ces coûts sont gaspillés. »

Dans une enquête nationale menée par l’Iranian Student Opinion Center (ISPA) à l’été 2021, parmi les populations urbaines et rurales, pour les plus de 18 ans, 79% des personnes ont déclaré utiliser les médias sociaux; 71% via WhatsApp, 53% sur Instagram et 40% ont utilisé Telegram. En revanche, le site de médias sociaux interne le plus utilisé est Rubika, que seulement 8 % des personnes ont utilisé.

Dans la même enquête, 50% de la société a déclaré préférer utiliser uniquement des applications de médias sociaux étrangères, tandis que seulement 2% ont déclaré préférer utiliser des applications de médias sociaux nationales.

Ces chiffres montrent que des outils nationaux similaires n’ont pas été bien accueillis par le public, principalement en raison de la méfiance des citoyens à l’égard du régime. En effet, presque toutes les entreprises informatiques en activité en Iran coopèrent avec le régime et leurs applications sont utilisées pour la surveillance, ou elles ont des problèmes fonctionnels et de qualité.

Dans une telle situation, il est naturel que le blocage des applications de messagerie et des sites de réseaux sociaux externes nuise gravement aux entreprises et augmente les difficultés de subsistance des personnes.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous