Intelligence ReportsTerrorismeLe cabinet du gouvernement iranien : le ministre de...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

-

Il y a deux semaines, les candidats d’Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés par le parlement du régime iranien.

Qui est Ahmad Vahidi

Les voleurs et les terroristes constituent l’ensemble du cabinet, mais le ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi est la personne la plus discutable, étant donné qu’il est recherché par Interpol pour son implication dans le terrorisme.

Ahmad Vahidi est né en juin 1958. Son nom de naissance est Ahmad Shah Cheraghi. Il a été l’un des principaux commandants des Gardiens de la révolution (CGRI) pendant une grande partie de sa carrière. En 1988, lorsque la Force Qods du CGRI a été formée, Vahidi est devenu son premier commandant.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) est composé de quatre forces. La Force Qods est la plus violente. Elle opère généralement en dehors de l’Iran, mais en temps de crise, ce sont à eux qu’ont fait généralement appel pour réprimer les soulèvements.

Les autres forces du CGRI comprennent les forces terrestres, commandées par le général de brigade Mohammad Pakpour, l’armée de l’air sous le commandement du général de brigade Amir Ali Hajizadeh, et la marine avec le général de brigade Alireza Tangsiri à la barre.

Ce n’est pas la première fois que Vahidi occupe un poste ministériel. Il était auparavant ministre de la Défense sous l’administration de Mahmoud Ahmadinejad. Dans les années 1980, il était l’un des responsables qui ont aidé à trouver l’unité de renseignement des pasdarans.

En 1981, lorsque Rezaei est devenu le commandant du CGRI, Vahidi est devenu son adjoint en charge de l’unité de renseignement du CGRI. Vahidi s’est particulièrement concentré sur l’organisation des activités terroristes du régime à l’étranger et le soutien aux groupes mandataires des mollahs.

Mohsen Rezaei a dit un jour que l’objectif de la Force Qods est de former une « armée internationale islamique ». Ils ont joué un rôle clé dans les assassinats politiques à l’étranger depuis leur fondation, et Vahidi a supervisé bon nombre de ces actes terroristes jusqu’en 1997.

L’une de ces attaques a eu lieu en Argentine en 1994. Le 18 juillet de cette année-là, un énorme camion piégé a explosé devant un centre juif de Buenos Aires, tuant 85 personnes et en blessant plus de 200.

Un mois plus tard, la Résistance iranienne a révélé que le CGRI était derrière les attentats à la bombe et que d’autres agences du régime étaient également impliquées.

En 2006, les procureurs du gouvernement fédéral argentin ont officiellement déposé une plainte contre les auteurs de cette attaque, dont Ahmad Vahidi.

Le procureur argentin Alberto Nisman, qui enquêtait sur l’attentat de l’AMIA, a souligné que Vahidi était impliqué dans la planification et la réalisation de l’opération. Nisman a été assassiné à son domicile avant d’aller au tribunal.

Après la nomination d’Ebrahim Raïssi en tant que nouveau président du régime, Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, a déclaré que « Ebrahim Raïssi a accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité de meurtre, disparition forcée et torture , est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran. »

Raïssi, lui-même, est surtout connu pour son rôle dans le massacre de 1988, qui a vu l’exécution de 30 000 prisonniers politiques ordonnée par le chef suprême de l’époque, Rouhollah Khomeini.

Le cabinet de Raïssi

Ce cabinet montre une fois de plus que le régime iranien est voué aux violations des Droits de l’Homme en Iran et à l’exportation du terrorisme à l’étranger. Raïssi et ses ministres, comme Vahidi, ne devraient pas être accueillis par les puissances mondiales mais devraient être jugés pour crimes contre l’Humanité.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous