EconomyÉconomieLe régime iranien se plaint que "même la Chine...

Le régime iranien se plaint que « même la Chine nous a trahis »

-

En raison de sa nature archaïque, le régime iranien n’a jamais eu la moindre capacité de développement économique et de croissance en Iran.

Depuis le début de son règne, outre sa politique étrangère d’« exportation de la révolution» (guerre et terrorisme), le régime a mis aux enchères les richesses et les ressources nationales du pays pour survivre à l’isolement international et à la concurrence économique. C’était la seule solution qu’ils avaient pour créer un équilibre politique et de pouvoir avec les puissances mondiales.

Dans l’intervalle, le régime s’est résolument efforcé d’éliminer et de diaboliser son principal ennemi, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) et le Conseil national de la Résistance iranienne (NRCI), ce qui a ajouté aux raisons pour lesquelles le régime mettre aux enchères les richesses du pays.

Ce n’est pas seulement l’Occident qui a bénéficié des politiques économiques destructrices du régime. Le monde de la diplomatie ne se limitait pas à eux. Pour neutraliser les sanctions et l’isolement international, qui sont le résultat de son comportement au cours des quatre dernières décennies, et pour gagner des voix dans les réunions internationales, le régime s’est tourné vers l’est vers les pays puissants d’Asie.

Depuis le second mandat de l’ancien président du régime Hassan Rohani et le retrait de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump du JCPOA, le chef suprême désespéré du régime, Ali Khamenei, a choisi d’intensifier ses relations économiques et politiques avec l’Est sous le nom de « Looking East », se tourner vers « des partenaires traditionnels tels que la Chine, l’Inde et la Russie ».

Au moins trois traités majeurs, comme le désastreux et infâme Turkmenchay, ont été mis en œuvre après la décision de Khamenei d’entamer une coopération plus large avec l’Est. Tous ont été enregistrés par les médias d’État.

Le premier a été la dotation de la mer Caspienne à la Russie à l’été 2018, lorsque les médias du régime ont annoncé que la part de l’Iran dans la mer Caspienne était passée de 50 % à 11 %. A cette époque, le député du régime Mahmoud Sadeghi l’appelait « un autre Turkmenchay ».

Le second était le transfert du port de Chabahar à une société indienne à l’hiver 2018. Certains responsables du régime, comme le député Nader Ghazipur, l’ont considéré comme un contrat honteux proche des traités du Golestan et du Turkmanchay.

Le troisième était le contrat de 25 ans avec la Chine en 2020 avec l’accord de remettre l’île de Kish à ce gouvernement, certains responsables faisant à nouveau référence au traité Turkmenchay.

Le régime iranien se plaint que "même la Chine nous a trahis"Ces décisions ont été si désastreuses que le régime a été contraint de trouver une excuse religieuse pour justifier son comportement. Lotfollah Dezhkam, le chef de la prière du vendredi de Chiraz, a pris la parole le 17 juillet 2020, en disant : « Les infidèles sont de deux groupes, certains d’entre eux sont en guerre avec les musulmans et certains d’entre eux n’ont pas combattu les musulmans et n’ont pas tué les musulmans et ne les a pas chassés de chez eux. Dieu a souligné que vous ne devriez pas être amis avec les infidèles qui sont venus vous combattre, les musulmans, mais vous pouvez avoir une relation juste avec ceux qui ne se sont pas battus avec vous. »

Ces jours-ci, les récentes manifestations à travers l’Iran ont considérablement changé la situation contre le régime. Cela a été réalisé grâce à la bravoure, au sacrifice et au sang versé par le peuple iranien pour la liberté. En plus de ses effets internes, les protestations ont contraint de nombreux pays à prendre position contre le régime et à reconsidérer leurs relations politiques et économiques.

Même la Chine, que le régime considérait comme l’un de ses principaux partenaires internationaux, a brusquement changé de cap et tourné le dos au régime.

Le 19 décembre, le quotidien officiel Mardom Salari a discuté de la décision de la Chine, expliquant que le pays « se dirige vers des acteurs sans risque et évite les acteurs tendus », en décidant de laisser le régime derrière lui et de donner la priorité aux États stables du Golfe, comme l’Arabie saoudite. Saoudite. Le même jour, le quotidien officiel Arman Meli affirmait que « la Chine a trahi l’Iran ».

Le 9 décembre, la Chine et l’Arabie saoudite ont publié une déclaration conjointe, et la Chine, en prenant clairement ses distances avec le régime et les autres pays arabes, a appelé à la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et au respect des principes de bon voisinage. A la suite de cette rencontre, de nombreux accords économiques ont également été signés par les parties, ce qui a porté un nouveau coup dur au régime.

Le quotidien officiel Sharq a exprimé sa peur et sa frustration le 18 décembre en écrivant : « L’accord entre la Chine et les Arabes est un tournant historique qui transforme la situation géopolitique de la région ». En fait, une nouvelle coalition s’est formée contre l’Iran, qui cette fois, bien sûr, peut être plus violente et imprudente.

Le quotidien a alors averti les responsables du régime d’être prudents dans leurs relations avec la Russie, ajoutant : « Où est l’assurance que le scénario de la Chine et des Arabes sera répété par la Russie ? »

Téhéran est finalement dans une impasse et il est maintenant temps de reconsidérer ses relations avec elle. Les autorités chinoises ont réalisé que l’Iran n’était plus un endroit propice aux investissements sous le règne des mollahs et de leur régime.

Chaque jour qui passe, l’isolement du régime augmente et, à l’avenir, il y aura moins de pays disposés à coopérer et à signer des contrats économiques et d’investissement avec lui.

7,062FansJ'aime
1,188SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Les serveurs de la présidence iranienne sont pris en charge par des dissidents, ce qui met en évidence les vulnérabilités du régime

Lors d'une importante faille de sécurité, le site web officiel de la présidence iranienne a été pris en charge...

Terrorisme iranien : le chantage permanent aux otages (NDH)

Après la libération du diplomate du régime iranien Assadollah Assadi, condamné à 20 an de réclusion pour son projet...

La visite du dictateur Ali Khameneï à l’exposition du livre de Téhéran

Le mois dernier Ali Khameneï le guide suprême du régime des mollahs iraniens s’est rendu à l’exposition de livre...

Libération du chef du réseau du terrorisme iranien en Europe, la Résistance iranienne condamne la honteuse rançon au terrorisme d’Etat

Le 25mai, le diplomate-terroriste iranien incarcéré en Belgique, Assadollah Assadi, condamné à 20 ans par la justice belge pour...

Iran : l’illusion d’un retour à la monarchie

Reza Pahlavi et ses partisans croient-il vraiment que son statut de fils d’un dictateur déchu lui confère une légitimité...

Iran – Appel d’une centaine d’anciens leaders du monde pour inscrire les Gardiens de la révolution sur la liste des terroristes

Une centaine d'anciens présidents et Premier ministres d'Europe, des USA, Royaume-Uni, Canada appellent à considérer les Gardiens de la...

Doit lire

La visite du dictateur Ali Khameneï à l’exposition du livre de Téhéran

Le mois dernier Ali Khameneï le guide suprême du...

Le régime iranien prévoit de vendre les îles de Kish et Qeshm pour « assurer les pensions des retraités

Sajjad Paddam, directeur général de l'assurance sociale au ministère...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous