Intelligence ReportsTerrorismeIran dehors, dehors ! scandent les manifestants irakiens

Iran dehors, dehors ! scandent les manifestants irakiens

-

Iran dehors, dehors ! scandent les manifestants irakiens

Depuis deux mois des manifestations de grande envergure enflamment Bagdad et les grandes villes chiites d’Irak. La population dénonce la corruption au sein des instances gouvernementales et pour réclamer la traduction devant la Justice de l’ancien Premier ministre Nouri Maliki, inféodé à l’Iran.     

Le quotidien Le Monde a publié un reportage révélateur sur le scandale créé en Irak par les ingérences du régime iranien dans ce pays : « « Au nom de la religion, ils nous ont volés », est le slogan du mouvement qui demande la dissolution des partis extrémistes chiites à la solde de l’Iran. » 

L’ancien premier ministre irakien Nouri Maliki, est accusé d’avoir laissé s’écrouler l’Etat entre 2006 et 2014 et ouvert la voie à l’influence dévastatrice des Pasdaran iraniens en Irak.  Selon le journaliste Louis Imbert « les manifestants crient : Irak libre, libre ! Iran dehors, dehors ! Fait inédit, certains ont détruit des portraits de l’ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême iranien. » 

Le quotidien ajoute : « Profitant de la colère des manifestants contre l’ancien premier ministre Nouri Al-Maliki – symbolisée par le slogan  » Au revoir, Nouri Al-Maliki !  » –, M.  Abadi a supprimé le poste de vice-président de son prédécesseur et rival. C’était le premier pas d’un vaste plan de réforme, de lutte contre la corruption et de déconfessionnalisation de l’Etat, validé par le Parlement, le 11  août, sous la pression de la rue. » 

Quatre organisateurs de ces manifestations ont été assassinés et plusieurs ouvriers turcs travaillant en Irak ont été enlevés par les milices liées au régime iranien. Un représentant des manifestants a déclaré aux médias, le 4 septembre: « Les milices chiites qui ont commis ces assassinats veulent nous faire taire et veulent empêcher que nous critiquions les partis confessionnels soutenus par l’Iran. Ces milices prétendent que nous sommes contre la religion. Or, nous sommes musulmans, mais nous voulons un gouvernement composé de technocrates et de personnalités issues de la société civile et non de théocrates » 

Le Monde, daté du 3 septembre, ajoute que Nouri Al-Maliki, secrétaire général du parti Dawa, « est affaibli par un vote du Parlement, à la mi-août, qui demande à la justice d’évaluer sa responsabilité dans l’effondrement de la hiérarchie militaire qui a permis la prise de Mossoul par l’EI en juin. Une commission d’enquête l’a désigné comme le principal responsable de cette défaite, acte de naissance du  » califat  » djihadiste. Autre signe de pression iranienne : la semaine dernière, Qassem Soleimani, le commandant de la force Qods, la force terroriste des gardiens de la révolution iraniens, accusé d’agir en Irak en proconsul, se serait joint à une réunion de députés des partis religieux chiites à Bagdad, selon le quotidien Asharq Al-Awsat. En présence de Nouri Al-Maliki, le premier ministre Abadi aurait exigé le départ du gradé iranien. » 

Une crise prévisible

La crise qui affecte actuellement l’Irak était prévisible. En permettant la mainmise de l’Iran sur ce pays au lendemain de l’invasion américaine, les Etats-Unis ont permis l’Irak de sombrer chaque jour davantage dans les guerres ethniques et confessionnelles. Avec l’action des milices, des escadrons de la mort et des agents d’influence de la République islamiste au sein de l’administration, l’Irak est aujourd’hui au bord de l’implosion. 

Selon Le Monde : « Les chefs des milices chiites liées à l’Iran menacent les représentants de l’Etat. Leurs hommes se mêlent aux manifestants dans le sud du pays, notamment dans le port de Bassora, le grand débouché pétrolier de l’Irak, où ils sont plus puissants que la police.  » Les chefs des milices pourraient saisir l’occasion pour s’emparer du pouvoir. De la même façon que l’EI s’est imposé dans les zones sunnites abandonnées par l’Etat « , avertit Maria Fantappie, analyste de l’International Crisis Groupà Bagdad. » 

Commandité par Ghassem Soleimani, les milices dirigées par Nouri Maliki ont mené une politique despotique, en supprimant d’abord les sunnites et les Kurdes, puis les chiites démocrates. Sa politique sectaire a aliénée la population dans son ensemble, qui considère aujourd’hui l’Iran comme la source de ses malheurs et réclame la fin de sa mainmise sur le pays. 

En plus du massacre quotidien de la population irakienne, Nouri Maliki a également accompli une autre tâche confiée par Soleimani: anéantir la principale opposition iranienne, réfugiée en Irak, à savoir les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) basé au camp d’Achraf. Le deuxième mandat de Maliki a été entaché de plusieurs massacres dans le camp d’Achraf et d’attaques meurtrières contre le camp Liberty par les milices organisées par l’Iran et sous les ordres de l’ancien premier ministre Maliki. 

En 2003 pour combattre le régime de Saddam Hussein, les Etats-Unis ont commis une faute grave en associant l’Iran à l’après-guerre et en offrant l’Irak sur un plateau d’argent au régime iranien. L’Iran est, comme en Syrie, la source du problème. Il faut enrayer l’influence néfaste de l’Iran et pousser encore plus loin les réformes du gouvernement Al-Ebadi contre la corruption, la déconfessionnalisation de l’Etat. Le Premier ministre Haider al-Abadi doit protéger les manifestants et traduire devant la Justice Nouri Maliki et ses compères, sans quoi le régime iranien et ses agents vont empêcher toute réforme en Irak.

 

Lire aussi:

Iran – vidéo : Un crime contre l’humanité – Massacre au camp d’Achraf

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous