Iran and its NeighboursIrakDétails promis sur les activités de l’Iran

Détails promis sur les activités de l’Iran

-

The Los Angeles Times, 25 janvier – De Borzou Daragahi, Rédacteur au Times Bagdad – L’ambassadeur des États-Unis en Irak a déclaré mercredi qu’il révèlerait bientôt des informations qui selon lui prouvent l’intervention de l’Iran dans le pays, dans la dernière joute diplomatique en date entre Washington et Téhéran.

L’ambassadeur américain Zalmay Khalilzad a déclaré à un groupe de journalistes occidentaux que les hauts responsables américains fourniraient « dans les jours à venir » des détails sur les Iraniens détenus et interrogés à Bagdad et dans la ville kurde d’Irbil ce mois-ci. L’armée américaine a arrêté cinq diplomates iraniens à Irbil le 11 janvier et retient en détention plusieurs autres depuis fin décembre à Bagdad, ce qui a provoqué un scandale diplomatique et créé des tensions avec le gouvernement du Premier ministre irakien, Nouri Maliki. Cet exposé, a annoncé Khalilzad, va expliquer qui sont ces détenus iraniens et ce qu’ils font en Irak, et va fournir des informations sur la contrebande ayant vraisemblablement lieu à la frontière entre l’Iran et l’Irak.

« Nous travaillons pour reconstituer les faits ; nous aurons des informations pour vous dans les jours à venir », a-t-il affirmé. Ce prochain exposé, a-t-il annoncé, est une réponse aux commentaires publics de l’ambassadeur iranien Hassan Kazemi-Qomi, qui a défié ouvertement les Américains cette semaine de produire « les preuves que l’Iran travaille pour déstabiliser l’Irak », selon des agences de presse iraniennes.

Khalilzad a rétorqué que les États-Unis relevaient le défi. « Je sais que l’ambassadeur iranien a déclaré que les Américains n’avaient aucune preuve à produire ; s’ils avaient quoi que ce soit, pourquoi ne les
partageraient-ils pas ? », a interrogé Khalilzad. « Nous allons les y forcer. »

Khalilzad a avancé que les misions diplomatiques et bureaux iraniens en Irak servaient de couverture diplomatique aux membres de la Force Qods des Gardiens de la Révolution, groupe d’espionnage d’élite et organisation paramilitaire placée sous les ordres directs du guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei.

Une des individus arrêtés lors des deux raids de décembre dernier menés à Bagdad puis libéré a été identifié comme « directeur des opérations » de la Force Qods, a-t-il déclaré. L’appareil gouvernemental iranien est composé des fonctions étatiques ordinaires telles que le ministère des Affaires étrangères et la présidence, mais aussi d’institutions puissantes fondées au lendemain de la Révolution islamique de 1979. Les Gardiens de la Révolution, une de ces organisations, opèrent en tant qu’armée parallèle et contrôle les frontières de l’Iran, ainsi que la politique étrangère du pays vis-à-vis des nations voisines, telles que l’Irak et l’Afghanistan.

Khalilzad a déclaré que le temps était venu pour l’Iran de remplacer les personnes qui dirigent les relations avec l’Irak. « L’Iran ne s’est pas adapté à ce changement de situation, dans le sens où il utilise cet instrument sécuritaire comme organe diplomatique », a-t-il expliqué. «Un grand nombre de dirigeants politiques qui représentent l’Iran diplomatiquement sont des agents de la Force Qods. »

Les États-Unis ont avancé que l’Iran passait clandestinement des fonds et des armes en Irak et fournissait un entraînement aux groupes armés dans ce pays. Khalilzad a déclaré mercredi que des éléments iraniens liés à la Force Qod s’étaient infiltrés dans les partis politiques irakiens.

Il a déclaré que l’administration Bush avait pris la décision d’affronter de manière agressive les réseaux iraniens opérant en Irak, comme l’a présenté le président dans son discours du 10 janvier portant sur le rassemblement des troupes en Irak.

« Ces opérations visent à leur rendre les choses plus difficiles, en particulier les choses qu’ils avaient l’habitude de faire plus facilement, avec l’espoir que cela suffira à changer leur attitude », a affirmé
Khalilzad.

« Les [Irakiens »> qui leur sont associés risquent eux aussi d’être arrêtés ou ciblés par ces opérations », a-t-il ajouté.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous