Iran and its NeighboursIrakIran /Irak/ élections: « Les Iraniens sont partout, dans...

Iran /Irak/ élections: « Les Iraniens sont partout, dans tous les coins » (The Washington Post)

-

The Washington Post: Par David Ignatius – L’Iran mène ce que les responsables américains considèrent comme une vaste campagne souterraine pour influencer les élections du mois prochain en Irak, déversant de l’argent et d’autres formes d’assistance à ses alliés. Les dirigeants américains ont décidé que le meilleur moyen de contrer cette attaque était de la dénoncer publiquement.

La critique la plus directe sur l’ingérence de l’Iran est venue du général Ray Odierno, le commandant des forces américaines en Irak. Lors d’une rencontre avec la presse durant une visite à Washington la semaine dernière, il s’est concentré sur le rôle joué par Ahmed Chalabi, un Irakien qui a fait pression sur l’administration Bush  pour envahir l’Irak en 2003 et qui est désormais suspecté de travailler étroitement avec le Corps des gardiens de la révolution iraniens (CGR).

Odierno a également briefé les hauts dirigeants irakiens à Bagdad sur les informations fournies par le renseignement américain à propos de la campagne iranienne. Une source m’a fourni un résumé non classé de l’exposé d’Odierno, qui comportait les allégations suivantes :

– « L’Iran fournit de l’argent, du matériel de campagne et la formation politique à différents candidats et partis politiques [en Irak].

– « L’Iran interfère dans le processus politique en Irak, exhortant à des alliances qui n’ont pas les faveurs de tous les politiciens irakiens, pour tenter de renforcer le pouvoir des partis soutenus par l’Iran. A titre d’exemple (…) Ahmed Chalabi a rencontré le commandant de la Force Qods du CGR Qassem Soleimani et le ministre iranien des Affaires étrangères [Manouchehr] Mottaki fin novembre pour discuter » de la fusion de deux listes de candidats soutenus par l’Iran chiite.

– « L’Iran soutient les efforts de débaasification élaborés par Ahmed Chalabi dans le but d’éliminer les obstacles potentiels à l’influence iranienne. Chalabi est également intéressé à aider l’Iran en assurant la fonction de Premier ministre.

– « Selon toutes les sources de renseignement, Ahmed Chalabi s’est rendu en Iran au moins trois fois depuis l’année dernière. En outre, il a rencontré les principaux dirigeants iraniens en Irak au moins à cinq reprises. »

La décision de rendre publics ce genre de renseignements est inhabituel, et reflète la préoccupation du gouvernement américain sur les pressions de l’Iran pour influer sur le scrutin du 7 mars en Irak. Les États-Unis ont des «opérations d’information» et d’autres activités en Irak pour lutter contre les Iraniens, mais apparemment ils n’ont pas monté de campagne en sous-sol à grande échelle, en partie en raison d’un désir de ne pas manipuler une démocratie que l’Amérique a aidé créer.

«Il est trop tard pour s’occuper en secret de l’Iran », dit un haut responsable américain. « Ce que nous pouvons faire, ce sont des révélations ».

Chalabi, joint par e-mail, a démenti les allégations d’Odierno selon lesquelles il agit en agent iranien : «Ces accusations refont surface chaque fois que nous prenons une ligne contraire à l’ordre du jour politique américain … Toutefois, nous pardonnons au général Odierno, car il a capturé Saddam [Hussein]. »

Les opérations de l’Iran en Irak sont dirigées par Soleimani, qualifié par les personnes qui l’ont rencontré de version persane soft du maître espion de John Le Carré, Karla. Il est épaulé par son adjoint pour l’Irak, alias Abou Mahdi Mohandesse, dont les officiels américains disent qu’il a été impliqué dans l’attentat contre l’ambassade américaine au Koweït en 1983.

Les Iraniens déverseraient 9 millions de dollars par mois en aide secrète au Conseil suprême islamique d’Irak, le parti chiite qui a le plus de sièges au parlement irakien et 8 millions de dollars par mois au mouvement militant chiite dirigé par Moqtada al-Sadr.

L’actuel Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, dit jouer un jeu d’équilibre délicat avec l’Iran, s’opposant à certains de ses agissements et adhérant à d’autres. Selon les rapports du renseignement américain, un membre du personnel de Maliki a apporté des documents sensibles en provenance de Téhéran, évitant ainsi les communications électroniques susceptibles d’être interceptées.

Pour les Iraniens, le maintien d’un gouvernement docile à Bagdad est une question cruciale de sécurité nationale, en particulier pour la génération qui a survécu à la guerre Iran-Irak des années 1980. Téhéran règle encore des comptes sur ce conflit. Selon le renseignement américain, les Iraniens ont fait circuler il y a deux mois une liste de 600 officiers irakiens devant être assassinés en raison de leur rôle dans la guerre Iran-Irak. Interrogé sur ce que les États-Unis faisaient pour lutter contre ces meurtres, un commandant a répondu : « Nous informons les personnes qui sont sur la liste. »

« Les Iraniens sont partout, dans tous les coins – ouvertement, clandestinement, de toutes les manières possibles et inimaginables », dit un officiel de la Maison Blanche, qui observe de près l’Irak. « Ils misent sur le rouge et sur le noir et tout ce qui est entre les deux. »

Le meilleur contrôle de ces manœuvres iraniennes, pensent les responsables américains, c’est simplement le patriotisme du peuple irakien. Les sondages d’opinion montrent que les Irakiens font encore moins confiance à l’Iran qu’aux Etats-Unis. L’ingérence de l’Iran s’est retournée contre lui dans le passé, disent des officiels, et ils espèrent que cela va se produire à nouveau lorsque les Irakiens se rendront aux urnes.
 
25 février 2010

(Traduit de l’anglais)
 

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous