Iran and its NeighboursIrakLa rumeur sur le retour du "boucher chiite" fait...

La rumeur sur le retour du « boucher chiite » fait trembler Bagdad

-

AFP: La présence présumée à Bagdad de celui qui fut surnommé « le boucher chiite » en raison des violences exercées à l’encontre des sunnites lors de la guerre interconfessionnelle de 2006-2007, fait trembler la capitale qui craint de nouveaux affrontements.

Officiellement, on dément la présence d’Abou Dira, qui signifie « la cuirasse » en arabe, mais à Sadr City, quartier populaire chiite de Bagdad dont il est originaire, la cause est entendue.

« Avant le début du Ramadan, nous avons appris que Hajj Ismaïl était revenu d’Iran. Il n’habite pas chez lui dans le secteur 74 mais c’est sûr qu’il est là. En tout cas, il n’est pas le bienvenu », affirme Abou Qassem, un fonctionnaire de 54 ans.

De son vrai nom Ismaïl al-Lami, Abou Dira, Hajj Ismaïl ou encore Abou Haïdar -du nom de son fils qui a perdu un bras durant les affrontements avec l’armée américaine- a été un responsable militaire de l’Armée du Mahdi, la milice du chef radical Moqtada Sadr, avant de fuir en Iran en 2008.

Pour plusieurs habitants de ce quartier défavorisé, la reprise des tirs de roquettes sur la « Zone verte », secteur ultra-protégé de la capitale où se trouvent les ministères et l’ambassade des Etats-unis, est liée à sa présence.

« Les roquettes sont tirées à partir de chez nous. Le calme était revenu et maintenant, avec lui, les ennuis et les assassinats vont recommencer », ajoute Abou Qassem.

« Je peux vous assurer que 60% des habitants de Sadr City sont contre le retour des violences confessionnelles. Ils veulent le calme », assure de son côté Abou Ali, un retraité de 70 ans.

C’est surtout durant la guerre confessionnelle de 2006 et 2007 que cet homme âge d’une quarantaine d’années, le visage rond en partie caché par une barbe noire et courte, s’est illustré en tuant de nombreux sunnites et en jurant de débarrasser la capitale de cette communauté.

Les sunnites l’avaient surnommé le « Zarqawi chiite », en référence à Abou Moussab al-Zarqawi, le premier chef d’Al-Qaïda en Irak qui avait déclenché une guerre sans merci contre les chiites.

Interrogé par l’AFP, le général Qassem Atta, porte-parole du commandement militaire de Bagdad a démenti sa présence. « C’est totalement faux » a-t-il dit sans réussir toutefois à calmer l’inquiétude des gens.

Citant une source de sécurité, le quotidien en langue arabe Asharq al-Awsat affirme qu’après avoir échoué dans ses études, Abou Dira vendait du poisson avec son père sur le marché Mraïdi à Sadr City. Ayant obtenu le grade de sergent dans l’armée sous Saddam Hussein, il avait ensuite déserté et n’était réapparu qu’après l’invasion conduite par les Etats-Unis en 2003.

D’abord gangster écumant les entrepôts durant le chaos qui avait suivi l’arrivée des Américains, il était devenu un tueur assassinant les anciens membres du parti Baas, des soldats puis ensuite les sunnites.

« La présence de personnes indésirables comme lui peut conduire à la violence à Sadr City alors que le quartier connaît actuellement le calme et la stabilité », a affirmé à l’AFP Karim al-Assadi, du bureau de mouvement Sadr à Sadr City.

« Les ordres de notre chef Moqtada Sadr sont très clairs: il faut rejeter de notre mouvement les gens comme lui car ils attaquent des Irakiens et nous ne pouvons tolérer aucune attaque contre des Irakiens quelle que soit la communauté auquel ils appartiennent », a ajouté ce responsable qui dit « ne pas croire à son retour ».

En novembre 2008, la rumeur avait déjà couru sur sa prétendue présence.

Mais pour les sunnites, ces bruits ravivent le souvenir d’une période douloureuse.

« Abou Dira n’est pas différent des autres terroristes, comme Zarqawi. L’Etat doit le traquer, le juger et le pendre place Tharir pour venger tous les gens qu’il a tués », a affirmé Omar al-Bayati, un fonctionnaire de 35 ans du quartier sunnite d’Azamiya.

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous