IranDroits de l'hommeLe gouvernement iranien arrête des jeunes dans le cadre...

Le gouvernement iranien arrête des jeunes dans le cadre des manifestations de novembre 2019

-

Le gouvernement iranien arrête des jeunes dans le cadre des manifestations de novembre 2019

Le 14 octobre, le commandant de la police de l’Azerbaïdjan oriental a annoncé l’arrestation de 176 jeunes qu’il a qualifé de « voyous ». Selon lui, ces arrestations ont été effectuées à l’occasion de la semaine de la police iranienne (NAJA). Mais le problème n’a rien à voir avec la semaine NAJA ou toute autre occasion créée par le gouvernement. Au contraire, la répression des soi-disant «voyous» est due à la crainte du régime à la veille de l’anniversaire des manifestations de novembre 2019.

Nouvelle vague d’arrestations à Téhéran
Le 28 septembre, Hossein Rahimi, le chef de la police du Grand Téhéran, a annoncé l’arrestation de 389 personnes qu’il a qualifiées de «voyous». Alors qu’il y a trois semaines, il n’y avait aucune occasion appelée semaine NAJA. Rahimi a déclaré qu’il l’avait fait à la demande répétée de la population et que les arrestations étaient la cinquième étape de leur projet. Il a expliqué que pour ces arrestations, 125 quartiers ont déjà été identifiés et dans une opération coordonnée, ce nombre de jeunes a été arrêté.

L’arrestation de jeunes à Gilan
Le 1er octobre, Azizallah Maleki, le commandant de la police de Gilan, a déclaré que 26 personnes ont été arrêtées pour avoir perturbé l’ordre et la sécurité des villes de Rasht, Langrud, Anzali et Siahkal. Il a également appelé les détenus de voyous. Il a souligné que ceux qui perturbent l’ordre et la sécurité seront traités de manière décisive. « À cet égard, le cyberespace sera régulièrement surveillé jusqu’à ce qu’il n’y ait pas d’endroit sûr pour ces personnes », a-t-il déclaré.

De telles arrestations et attaques ont eu lieu dans d’autres provinces du pays avec le même thème et avec le même but. Les forces de sécurité dans chaque ville d’Iran, au nom de la lutte contre les voyous et du maintien de la sécurité dans les villes et le cyberespace, arrêtent les jeunes et les jettent dans les prisons.

Humilier les jeunes au nom de l’ordre public
Le 12 octobre, les forces répressives du gouvernement clérical ont commis un autre acte inhumain pour intimider les jeunes. Avec un spectacle accompagné de la torture des accusés, ils ont mis plusieurs jeunes dans une voiture et les ont conduits à travers la ville. Ils les affichaient au public en leur donnant des coups et en les insultant.

Ce spectacle choquant s’est rapidement répandu dans le cyberespace. Il y eut une vague d’indignation en interne et en externe. Ces actes barbares et haineux ont provoqué une forte réaction de rejet public. Et a montré le visage inhumain des ayatollahs au monde.

Ce sont les commandants des forces de l’ordre du régime qui ont organisé ces arrestations dans toutes les villes d’Iran et leur message était claire : créer un cflimat de terreur dans la société. Pour les dirigeants actuels, la sécurité se résume au maintien de la survie de ce système. Tout mouvement qui va à l’encontre de leur survie est considéré comme un acte contre la sécurité et l’auteur est considéré comme perturbant leur ordre et la stabilité du régime et doit être puni.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous