IranDroits de l'hommeLes protestations radicalisées de l'Iran et la futilité des...

Les protestations radicalisées de l’Iran et la futilité des condamnations à mort

-

Le régime iranien a commencé l’exécution des manifestants arrêtés. Le 8 décembre, ils ont exécuté Mohsen Shakari pour Morharebeh (en guerre contre Dieu) puis le 12 décembre, ils ont exécuté Majidreza Rahnavard pour la même accusation.

Le 22 juin, avant le déclenchement de cette vague de protestations, le chef suprême du régime, Ali Khamenei, alors qu’il était conscient d’être assis sur un volcan en éruption, a averti dans son discours que le « Dieu des années 80 est le même qu’en 2022.  »

Il faisait référence à la décennie noire au cours de laquelle le fondateur du régime, Khomeiny, a torturé et exécuté toute voix opposée pour installer un régime inhumain, théocratique et médiéval.

Il pensait que lui et son régime pervers pouvaient répéter la même cruauté que par le passé, en particulier le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988.

Ancien homme de main qui joue maintenant le rôle de rédacteur en chef du quotidien Kayhan, porte-parole de Khamenei, a exprimé sa peur de la colère populaire et a suggéré à la justice que « la justice devrait traiter les émeutiers sans aucun pitier ; On s’attend à ce que le système judiciaire ne soit pas influencé par l’atmosphère créée par les ennemis de la révolution et qu’il applique la décision islamique sans aucune inquiétude ni crainte. »

Ensuite, certains médias du régime comme Jahan News ont averti que « [Mohsen] Shekari n’est pas la première et ne sera pas la dernière personne à être exécutée à cause des récentes émeutes. La loi oblige le pouvoir judiciaire à condamner tous les auteurs à des peines de représailles. »

Mais l’exécution de Shekari a créé une énorme crise au sein du régime, en particulier dans son système judiciaire. Khamenei et ses hommes de main ont fait face à de nombreuses objections de tous les rangs.

Même certains religieux ont critiqué le gouvernement. Naturellement, c’était à cause de leur peur des réactions des gens, et non à cause de leur compassion pour les personnes arrêtées.

Les protestations radicalisées de l'Iran et la futilité des condamnations à mortIls ont dit que condamner les manifestants à cause de moharebeh est une erreur énorme et dangereuse. La polémique à ce sujet reflète un profond vide au sein de l’instance dirigeante du régime. Ils critiquent un régime qui ne survivra même pas un jour sans répression et exécution.

Avec l’exécution de Majidreza Rahnavard, la vague d’opposition nationale et internationale s’est intensifiée. Le reflet de ces oppositions s’est répandu dans le régime plus encore que la première exécution.

Alors que Khamenei s’attendait à ce que les exécutions réduisent les tensions au sein de son régime, il a obtenu le résultat inverse. Maintenant, en plus d’interroger moharebeh. Ils demandent aux fonctionnaires pourquoi ils n’ont pas suivi la procédure judiciaire dans le cas de ces deux jeunes hommes. Pourquoi une telle hâte à la pendaison ?

Le quotidien officiel Setareh-e Sobh, citant Nemat Ahmadi, un avocat, a écrit : « La question est de savoir comment cela a pris 19 jours entre le moment où le tribunal a rendu la peine de Mohsen Shekhari et jusqu’à ce que la peine soit exécutée ?

« Le condamné avait 20 jours pour faire appel. Si l’on laisse de côté les débats de fond tels que la punition du moharebeh ou l’application du moharebeh, comment digérer la discussion de la procédure judiciaire dans cette affaire ?

« Je me demande comment le chef du pouvoir judiciaire a donné la permission d’exécuter la peine alors que la procédure judiciaire n’a pas été faite. Nul ne peut changer ou violer les lois de la justice. »

D’autres initiés du régime ont dit à Khamenei et à son système judiciaire assoiffé de sang que vous ne pouvez pas réprimer les « manifestations et les mouvements sociaux » par l’exécution car les raisons ne seront pas éradiquées de cette manière et sont toujours présentes.

Mohammad Taghi Fazel Meybodi, membre de l’Association des chercheurs et enseignants du séminaire de Qom et professeur du Mofid College de Qom, a déclaré :

« Chaque manifestation et chaque mouvement social a une origine qu’il faut éliminer. Je crois que l’un des problèmes de société qui provoque ces protestations sont des problèmes économiques. Sinon, un jeune n’est pas malade pour crier dans la rue et se mettre en danger.

Certaines voix au sein du gouvernement et de sa périphérie se réfèrent aux lois pénales du régime et soulèvent la question selon laquelle Mohsen Shekari ne devrait pas être condamné à cause de moharebeh, alors qu’il portait une arme pour effrayer non pas le peuple mais le régime.

Au-delà, tout en attaquant la décision de Khamenei, ils entendent lui préciser que ce n’était pas le bon moment pour mettre en œuvre une telle décision.

Khamenei essaie de se moquer et de jouer le rôle de Khomeiny dans la répression du peuple avec des peines sévères et des exécutions. Mais maintenant, après la mise en œuvre de deux condamnations à mort, non seulement il a atteint cet objectif, mais il fait face à une société plus radicale.

Avec la poursuite des manifestations, il a été mis à genoux. Si le soulèvement national était réglé par l’exécution de ces deux jeunes hommes, ils ne feraient pas face à une nouvelle vague de soulèvement après la répression sanglante de novembre 2018.

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous