IranDroits de l'hommeScandale autour de la visite d’un dirigeant iranien au...

Scandale autour de la visite d’un dirigeant iranien au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU

-

Iran Focus, Londres, 22 juin – La participation du célèbre procureur général de Téhéran, Saeed Mortazavi, à la première session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, a provoqué un scandale international.

Mercredi, le ministre des Affaires étrangères canadien, Peter MacKay, a déclaré : « La présence de M. Mortazavi dans la délégation iranienne prouve le mépris total du gouvernement d’Iran pour les principes des droits humains reconnus internationalement. Le gouvernement du Canada fait part de sa répugnance devant le fait que l’Iran choisisse d’inclure une telle personne dans sa délégation auprès d’un nouvel organe de l’ONU visant à promouvoir les plus hauts standards de respect des droits humains ».

MacKay a déclaré qu’en incluant Mortazavi dans sa délégation, Téhéran tentait de discréditer le conseil de l’ONU.

« Deux enquêtes officielles sur le gouvernement iranien ont déterminé que le procureur général Mortazavi avait ordonné l’arrestation illégale et la détention de la journaliste canadienne Zahra Kazemi, qui a été torturée puis qui est décédée. Il a ensuite falsifié des documents afin de dissimuler son rôle dans cette affaire. M. Mortazavi a également joué un rôle dans la répression sévère de la presse iranienne et dans les arrestations d’un grand nombre de journalistes », a affirmé le ministre des Affaires étrangères canadien.

Dans une lettre à Luis Alfonso de Alba, président du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, Mohammad Mohaddessin, président de la Commission des Affaires étrangères de l’opposition (le Conseil national de la Résistance iranienne), s’est dit scandalisé et consterné par la présence de Mortazavi.

« Selon tous les critères, Mortazavi est coupable de crime contre l’humanité. Son rôle direct dans la répression de toutes les voix dissidentes en Iran est bien connu. Sous le mandat présidentiel de Mohammad Khatami, Mortazavi, en sa qualité de juge des médias, a fait fermer 80 journaux proches des ‘réformistes’ et était directement impliqué dans tous les crimes commis ces dernières années contre les Iraniens. En automne dernier, il a donné l’ordre pour le vaste plan ‘Zafar’ à Téhéran dans lequel 2000 jeunes gens de différents quartiers ont été arrêtés puis emprisonnés. En janvier 2006, il était à l’origine des mesures de répression énergiques contre les travailleurs des transports de Téhéran qui se sont mis en grève en raison de leurs salaires impayés », a affirmé Mohaddessin.

« Je recommande au Conseil des droits de l’Homme d’expulser ce criminel et de demander à la Justice suisse de lancer un mandat d’arrêt contre lui, afin qu’il puisse comparaître devant un tribunal international compétent pour crimes perpétrés contre l’humanité », a-t-il ajouté.

De même, la Mission pour l’établissement des droits humains en Iran, basée aux Etats-Unis, a déclaré que le fait de tolérer la présence de Mortazavi à la session actuelle du conseil était une « moquerie envers les droits humains ».

« Il est responsable de nombreux cas de détention, de torture et d’exécutions en Iran et doit être arrêté par la Justice suisse et être jugé pour crimes contre l’humanité en utilisant toutes les voies internationales à disposition, dont la Cour internationale de Justice, la Cour pénale internationale et les traités tels que la Convention contre la Torture », selon le groupe.

Jeudi, François Bugingo, président de l’organisation pour les libertés de la presse, Reporters sans Frontières (RSF), a déclaré : « La présence à Genève de Mortazavi, directement impliqué dans la mort de la photojournaliste irano canadienne Zahra Kazemi, est absolument inacceptable ».

Kazemi a été arrêtée le 23 juin 2003 alors qu’elle photographiait les familles des prisonniers devant la Prison d’Evine, au nord de Téhéran. Torturée pendant sa détention, elle est morte des suites de ses blessures le 10 juillet 2003.

« En envoyant Said Mortazavi en tant que délégué des droits humains à Genève, le gouvernement iranien montre son vrai visage », a affirmé le fils de Kazemi, Stephan Hachemi.

« L’Iran continue d’être la plus grande prison pour journaliste et blogueurs du Moyen Orient, 13 ayant été jetés en prison l’année dernière. Les menaces, les interrogatoires, les citations à comparaître, les arrestations et la détention arbitraire sont tous en forte augmentation. Les journalistes parviennent souvent à éviter la prison en payant une caution très élevée. La situation ne s’est pas améliorée depuis que le radical Mahmoud Ahmadinejad est arrivé au poste de président », selon RSF.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous