IranDroits de l'hommeDes prisonniers politiques pendus en public en Iran

Des prisonniers politiques pendus en public en Iran

-

Iran Focus, Téhéran, 6 novembre – Les autorités iraniennes ont pendu un prisonnier politique en public dimanche dans la province du Sistan-Baloutchistan dans le sud-est pour son rôle dans la mort de deux gardes du corps du président Mahmoud Ahmadinejad.

Mohammad Askani a été pendu en public dans la ville d’Iranchahr, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA. Il était accusé d’avoir pris part au meurtre de deux gardes présidentiels.

Le 15 décembre 2005, des rebelles avaient attaqué le convoi présidentiel près de la ville de Zabol durant une visite dans cette province déshéritée.

Par ailleurs, un autre homme nommé Najibollah Qayoumi a été pendu en public dimanche, selon Irna, élevant à 11 le nombre des exécutions dans la province la semaine dernière.

Qayoumi était accusé de trafic de drogue. Les autorités iraniennes exécutent régulièrement des opposants sous la fausse accusation de trafic de drogue.

Un homme identifié comme Mohebali Gholamian Moqaddam a été pendu à Zabol, a rapporté Irna jeudi.

Le journal gouvernemenatl Djomhouri Eslami rapportait jeudi également que deux “fauteurs de troubles” accusés de “corruption sur Terre” (ce qui entraîne la mort) ont été pendus dans la capitale provincial Zahedan. Les deux hommes, identifiés comme étant Hadi Daryakech Naroui et Azizollah Najjarian, ont été pendus en public mercredi.

Mercredi, ce journal radical rapportait que six hommes avaient été pendus en public à Zahedan pour avoir “causé des troubles”.

L’article disait que trois “fauteurs de troubles” avaient été pendus devant une foule de plusieurs milliers de personnes lundi matin. Les hommes, Mohsen Sargolza’i, Nader Kaharzehi et Majid Kaharzehi, étaient accusés d’enlèvement, de coups de feu et de répandre la peur dans la société et avaient été déclarés « corrompus sur terre ».

Le même article disait que trois autres hommes Behzad Naroui, Mohammad Amin Hormozi et Abdollah Sheikh Hassani, avaient été pendus en public à Zahedan lundi après-midi.

Le Sistan-Baloutchistan a été le foyer d’activités hostiles au gouvernement depuis 2005.

Ces derniers mois, les autorités iraniennes ont multiplié les exécutions dans cette province agitée, ce que de nombreux Baloutches considèrent comme des représailles aux attaques d’opposants contre des autorités du gouvernement et de la sécurité.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous