IranDroits de l'hommeIran : "L'ordre divin" contre Rushdie reste en vigueur

Iran : « L’ordre divin » contre Rushdie reste en vigueur

-

AFP, Téhéran, 13 février – « L’ordre divin » de mort édicté par l’imam Khomeiny contre l’écrivain britannique Salman Rushdie reste en vigueur, écrivait dimanche Jomhouri Eslami, le quotidien des ultra-conservateurs iraniens, dans un cahier spécial.

« Un ordre divin ne perd sa valeur avec le temps », affirme le journal dans ce supplément de huit pages publié à l’occasion du 16ème anniversaire de la fatwa promulguée par le fondateur de la République islamique.

Le journal reproduit à la une la fatwa (décret religieux) énoncée par l’imam Khomeiny le 14 février 1989 et condamnant à mort Salman Rushdie et son éditeur pour blasphème à cause du roman « les Versets sataniques ».

Jomhouri Eslami estime que la fatwa vient d’être renouvelée par l’actuel Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, dans un message aux musulmans effectuant le pèlerinage annuel à la Mecque.

Le 19 janvier, l’ayatollah Khamenei a qualifié Salman Rushdie de « mahdour al-damm mortad ». Dans la loi islamique, celui qui est « mortad » a quitté l’islam et est coupable d’apostasie. « Mahdour al-damm » s’applique à celui dont le sang peut être versé impunément.
Jomhouri caricature l’écrivain en Satan. Il évoque son remariage pour indiquer que ses femmes précédentes l’ont quitté et que « depuis 16 ans il est forcé de vivre dans la clandestinité ». Il reproduit le point du vue, datant de six ans, du grand ayatollah Fazel Lankarani selon lequel « la fatwa ne peut être révoquée ».

Samedi, les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime, ont affirmé que « l’apostat Salman Rushdie » n’échappera pas à son châtiment, selon l’agence officielle Irna.

« Les musulmans n’ont jamais accepté les insultes contre leurs valeurs sacrées (…) le jour arrivera où ils puniront l’apostat Salman Rushdie pour ses actes scandaleux et ses insultes contre le Coran et le prophète », affirment-ils.

En 1998, le ministre des Affaires étrangères Kamal Kharazi avait promis à son homologue britannique de l’époque, Robin Cook, que son pays ne ferait rien pour exécuter la fatwa, malgré une prime de 2,8 millions de dollars placée sur la tête de Salman Rushdie par une fondation para-étatique.

Les relations avec la Grande-Bretagne se sont alors réchauffées jusqu’à être normalisées en 1999.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous