IranIran (actualité)Iran-élection: Le gouvernement met en garde contre le risque...

Iran-élection: Le gouvernement met en garde contre le risque de fraude encore plus grande

-

AFP, Téhéran, 21 juin – Le ministère iranien de l’Intérieur a mis en garde mardi, avant le second tour de la présidentielle, contre le risque de fraude encore plus importante qu’au premier, de la part de « certaines personnes prêtes à tout pour rester au pouvoir ».

Dans les jours précédant le premier tour, vendredi dernier, « des gens appartenant à des institutions dont la mission est de protéger les gens et de faire respecter l’ordre ont, par soif de pouvoir, essayé d’orchestrer et de manipuler le vote », a déclaré le porte-parole de l’Intérieur Jahanbakhsh Khanjani devant la presse, trois jours avant le second tour.

« Ils pourraient recommencer, et encore plus fort cette fois », a-t-il prévenu sans préciser qui il visait.

« Pour rester au pouvoir, certaines personnes sont prêtes à tout faire pour détourner le cours de l’élection », a-t-il déclaré.
« Nous faisons de mieux pour l’empêcher », a-t-il dit, visiblement irrité.
La présence totalement inattendue de l’ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad, maire de Téhéran, au second tour a provoqué chez ses adversaires des protestations indignées contre une élection « truquée », consistant à faire « sortir un candidat spécifique des urnes ».

Ils ont dénoncé des bourrages d’urnes, mais aussi des achats de voix et l’immixtion dans le vote du Conseil des gardiens, de l’armée idéologique (Gardiens de la Révolution) et de la milice islamiste (bassidj).

Le Conseil des gardiens, institution ultra-conservatrice qui supervise les élections, et les militaires auraient mené à la dernière minute et dans le plus grand secret une vaste entreprise de mobilisation en faveur de M. Ahmadinejad dans l’armée et les organisations radicales, disent leurs accusateurs.

Le Conseil des gardiens a ordonné lundi un nouveau décompte partiel des voix. Il a conclu qu’il n’y avait pas eu fraude et que le second tour pouvait avoir lieu vendredi.

« Le ministère des Renseignements a identifié certains des acteurs principaux », a déclaré M. Khanjani, « les Renseignements et la justice doivent s’occuper d’eux et annoncer avant l’élection ce qu’il en ressort ».

« Il est possible que les noms des cerveaux de cette affaire ne soient pas portés à la connaissance du public dans l’intérêt du pays, mais ceux des exécutants doivent l’être », a-t-il dit.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous