IranIran (actualité)L'Iran indique maintenant que son satellite peut espionner Israël

L’Iran indique maintenant que son satellite peut espionner Israël

-

Associated Press, Téhéran, 16 novembre – L’Iran avait indiqué que le satellite serait purement scientifique. Mais un mois après son lancement – et seulement quelques semaines après que le président ait annoncé qu’Israël devait être supprimé de la carte – le chef du programme spatial de Téhéran affirme que Sina-1 est désormais capable d’espionner l’état juif.

La mise en orbite du satellite conçu par les Russes à bord d’une fusée russe le mois dernier a marqué le commencement du programme spatial de l’Iran. Les autorités disent qu’un deuxième satellite – celui-ci construit par les Iraniens – sera lancé dans environ deux mois, intensifiant les inquiétudes israéliennes.

Le but indiqué de Sina-1 est de prendre des photos de l’Iran et de surveiller les désastres naturels des tremblement de terre. Le Sina-1, avec une durée de vie de trois ans, a une précision de résolution d’environ 50 yards.

Mais étant donné qu’il fait environ 14 fois par jour le tour de la terre à une altitude d’environ 600 kilomètres, avec des contrôleurs capables de diriger leur appareils-photo comme ils le souhaitent, Sina-1 donne à l’Iran des possibilités de reconnaissance spatiales limitées au-dessus de l’ensemble du Moyen-Orient, y compris Israël.

“Sina-1 est un satellite de recherche. Il n’est pas possible de l’employer à des fins militaires  » a indiqué le député du Ministère des télécommunications Ahmad Talebzadeh, qui dirige le programme spatial.

Mais il admet l’idée qu’il peut espionner Israël.

“Techniquement parlant, oui. Il peut surveiller Israël » a-t-il déclaré à l’ Associated Press. « Mais nous n’avons pas besoin de le faire. Vous pouvez acheter les photos satellites des rues israéliennes sur le marché. »

La compagnie russe Polyot a construit le satellite pour l’Iran, mais l’Iran avait déjà développé l’infrastructure nécessaire pour son programme spatial. Le programme représente la commande de Téhéran pour prouver qu’il peut produire seul de la technologie de pointe.

De même, l’Iran a dit que son programme nucléaire est pacifique, visant à produire de l’électricité et à présenter la prouesse technique du pays – bien que les Etats Unis pensent que le programme vise secrètement à produire des armes nucléaires.

Les satellites peuvent être une réponse au satellite d’espionnage israélien l’Ofek-5. Israël, un leader mondial en matière de technologie satellite, compte fortement sur les appareils photo basés dans l’espace pour surveiller les activités dans les pays arabes et en Iran. L’Ofek-5, lancé en 2002, survole l’Iran, l’Irak et la Syrie.

Israël espérait qu’un satellite Ofek-6 plus sophistiqué augmenterait sa couverture de l’Iran, mais en 2004 le satellite est tombé dans la mer Méditerranée peu de temps après son lancement, portant un coup aux efforts israéliens pour garder un oeil sur le programme nucléaire controversé de l’Iran.

“Nous savons qu’ils nous espionnent. Ce qu’ils essayent de faire c’est de rechercher des endroits où une attaque de terreur importante peut avoir lieu, » a déclaré Efraim Sneh, un ancien député israélien du Ministère de la défense et actuellement
président de la sous commission de la défense au parlement israélien.

“Plus important, les Européens, les pays du Golfe et l’Asie centrale devraient être beaucoup plus préoccupés par les ambitions du régime iranien, » a-t-il dit.

Sneh estime que « le programme d’espionnage de l’Iran depuis l’espace fait partie » d’une stratégie à devenir une « puissance militaire internationale » favorisé par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le guide suprême Ali Khamenei. Il a également souligné l’inquiétude d’Israël au sujet du programme balistique de l’Iran, qui a développé des missiles capables d’atteindre Israël.

Le lancement de Sina-1 par l’Iran depuis la rampe de lancement de Plesetsk au nord de la Russie était une étape importante dans les ambitions à long terme du pays.

« Le fait que nous ayons rejoints des pays appréciant la technologie spatiale est un accomplissement énorme » a dit Talebzadeh. « Bien que Sina-1 ait été construit par la Russie, les techniciens de l’Iran ont beaucoup appris sur la construction de satellites et sur l’espace ».

Il a dit que l’Iran lancera en orbite son satellite construit à l’intérieur même du pays, connu sous le nom de Mesbah, dans un mois ou deux, également depuis la Russie. L’Iran a employé la technologie italienne pour construire le Mesbah. Comme le Sina-1, c’est un satellite de reconnaissance qui comme l’Iran l’indique sera utilisé pour surveiller des phénomènes naturels sur son propre territoire.

“Mesbah est désormais prêt pour le lancement » a déclaré Talebzadeh.

La prochaine étape de l’Iran sera le lancement d’un satellite sur une fusée indigène.

Les responsables iraniens ont déclaré que le pays était en train de développer un missile Shahab-4 qui sera utilisé pour lancer un satellite dans l’espace. L’Iran a déjà amélioré son missile Shahab-3, qui a maintenant une portée de plus de 1 240 kilomètres. Les autorités n’ont pas donné les détails concernant la date à laquelle le Shahab-4 sera prêt.

En Janvier, l’Iran a signé une affaire d’un montant de 132 millions de dollars avec une société russe pour construire et lancer un satellite de télécommunications appelé Zohreh ou Vénus. Son lancement est projeté dans les deux années à venir.

Ce satellite facilitera des communications dans les régions à distance de l’Iran, augmentera le nombre de lignes téléphoniques fixes et mobiles, amplifiera le service Internet et améliorera la couverture radio et télévisée.

L’Iran projette de lancer quatre satellites supplémentaires d’ici 2010 pour augmenter le nombre de lignes téléphoniques fixes et mobiles de 22 millions à 80 millions, et le nombre d’utilisateurs Internet de 5.5 millions à 35 millions dans les cinq années à venir.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous