IranIran (actualité)Visite de la présidente de l’opposition : Les Iraniens...

Visite de la présidente de l’opposition : Les Iraniens furieux convoquent deux ambassadeurs européen

-

Iran Focus

Téhéran, Iran, 25 octobre – Le ministère des Affaires étrangères iranien a convoqué mercredi les ambassadeurs de Belgique et de Finlande pour protester contre la visite à Bruxelles de la présidente du groupe de coalition de l’opposition iranienne, ont rapporté les agences de presse gouvernementales.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), est arrivée mardi au Sénat belge à Bruxelles sous une importante escorte policière, où elle a été accueillie par la présidente du Sénat, Anne-Marie Lizin, ainsi que par le sénateur libéral Patrik Vankrunkelsven et le sénateur socialiste Pierre Galand.

L’agence de presse gouvernementale Mehr a cité Ibrahim Rahim-Pour, directeur général des Affaires européennes et occidentales au ministère des Affaires étrangères, condamnant la décision du Sénat belge de recevoir Radjavi.

L’agence de presse officielle IRNA a rapporté que Rahim-Pour avait fait part aux émissaires de l’UE de « la condamnation catégorique » de cette visite par Téhéran.

L’agence de presse d’Etat ILNA a cité Rahim-Pour qualifiant l’affaire de « geste hostile de la part de la Belgique ».

La Finlande détient en ce moment la présidence rotative de l’UE. Les deux ambassadeurs avaient été convoqués dimanche par le ministère des Affaires étrangères au sujet de l’affaire.

Le CNRI, grande coalition de groupes et de personnalités, cherche à expulser les ecclésiastiques iraniens du pouvoir dans le but d’établir un « gouvernement démocratique, laïc et de coalition en Iran ».

Les Moudjahidine du Peuple (OMPI ou MeK) font partie de ce groupe. Ils ont été placés sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne au milieu de l’année 2002, initiative que la présidence alors espagnole de l’UE avait qualifié à l’époque de « geste de bonne volonté envers Téhéran ».

Le ministère des Affaires étrangères de Belgique a annoncé mardi que Radjavi représentait le CNRI lors de sa visite et non un seul groupe de la coalition. Le CNRI ne figure pas sur la liste noire de l’UE, a-t-il précisé.

« La semaine dernière, l’UE a tardivement annoncé que les discussions avec le régime [sur le programme nucléaire de Téhéran »> avaient été stériles… Malgré l’échec de la politique de complaisance, l’UE a toujours besoin d’une politique définie et décisive contre le régime des mollahs », a déclaré mardi Radjavi aux sénateurs belges.

Elle a recommandé à l’UE de retirer l’étiquette de terroriste de l’OMPI et d’imposer des sanctions diplomatiques et commerciales étendues ainsi qu’un embargo sur le pétrole contre Téhéran.

En avril, le Parlement belge a adopté à l’unanimité une résolution réclamant à l’UE de réexaminer l’étiquette de terroriste placée sur l’OMPI.

Les législateurs ont appelé le gouvernement belge à reconsidérer « l’apparition de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes » dans le cadre de l’Union Européenne et en se basant sur les informations pertinentes disponibles.

Une résolution similaire demandant au gouvernement de réévaluer l’étiquette de terroriste de l’OMPI a été adoptée à l’unanimité par le Sénat belge en décembre 2005.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous