IranIran (actualité)Rejet des candidats réformateurs en Iran: Khatami parle de...

Rejet des candidats réformateurs en Iran: Khatami parle de « catastrophe »

-

AFP, Téhéran, 7 février – L’ancien président iranien Mohammad Khatami a qualifié de « catastrophe » la disqualification de milliers de candidats réformateurs pour les législatives du 14 mars et jugé que ce phénomène menaçait la révolution islamique.

« La disqualification (des candidats) par les comités exécutifs est une catastrophe », a-t-il dit, selon une dépêche de l’agence Isna publiée mercredi soir.

Le réformateur Mohammad Reza Aref, qui avait occupé la fonction de vice-président quand M. Khatami était président (1997-2005), a décidé de ne pas se présenter aux législatives, même si sa candidature a été acceptée, car la plupart de ses proches ont été disqualifiés, a-t-on appris jeudi.

Les comités exécutifs chargés d’organiser les élections, dépendant du ministère de l’Intérieur, ont disqualifié le mois dernier quelque 2.000 candidats, dont un bon nombre de réformateurs.

Les dirigeants réformateurs ont affirmé que le rejet de ces candidatures anéantissait leurs chances face aux conservateurs, qui contrôlent le Parlement.

« Que l’on rejette les qualifications de personnes honorables, de bons musulmans pose problème », a dit M. Khatami.

« Mais ce qui est encore plus triste est cette tendance actuelle (à disqualifier les candidats) qui compromet la révolution, le système et le bien-être de la société. »

Le rejet massif de candidats réformateurs avait permis en 2004 aux conservateurs de reconquérir le Parlement.

M. Khatami, qui est une des principales figures du camp réformateur, a multiplié ces derniers mois les attaques contre la politique de l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, son successeur à la présidence.

« Si cette tendance se poursuit, cela deviendra très dangereux », a-t-il averti.

Morteza Haji, un des dirigeants de la coalition de réformateurs, a annoncé jeudi que M. Aref renonçait à se présenter aux législatives du fait de l’invalidation des candidatures de nombre de ses proches.

« M. Aref devait emmener une liste de dirigeants expérimentés ayant des idées et des programmes pour l’avenir du pays », a dit M. Haji.

« Mais, malheureusement, sachant que tous les membres de sa liste ont été disqualifiés, quel rôle aurait-il pu jouer? »

Autre figure du camp réformateur, l’ancien président du Parlement Mehdi Karoubi , qui conduit sa propre liste, a rejeté l’idée d’un boycottage du scrutin et estimé que les réformateurs devaient maintenir leurs candidatures partout où ils le pouvaient.

Pour pouvoir se présenter aux législatives, les candidats doivent satisfaire à certains critères. Est notamment évaluée leur loyauté vis-à-vis de la révolution islamique et leur adhésion aux idées du fondateur de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Rouhollah Khomeiny.

Les candidats disqualifiés ont fait appel auprès des commissions de surveillance liées au Conseil des Gardiens de la constitution, un second organe conservateur chargé de superviser les élections. Or, ces commissions ont disqualifié de nouveaux candidats du camp réformateur.

Tous les candidats disqualifiés disposent d’un dernier recours s’ils font directement appel auprès du Conseil des Gardiens de la constitution, qui donnera son avis définitif le 4 mars.

Le grand ayatollah Nasser Makarem Shirazi s’est élevé de son côté contre le rejet de candidatures d’ardents défenseurs de la religion, selon la presse iranienne. Il a exhorté le Conseil des Gardiens à faire preuve de « clémence vis-à-vis de ceux qui soutiennent le système et le respectent. »

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous