IranIran (actualité)Iran: le Parlement vote la censure et limoge le...

Iran: le Parlement vote la censure et limoge le ministre de l’Intérieur

-

AFP, 4 novembre 2008 – Le Parlement iranien a voté mardi à une très large majorité la censure contre le ministre de l’Intérieur Ali Kordan, accusé d’avoir menti sur ses diplômes, un limogeage qui risque de fragiliser le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad à sept mois de la présidentielle.

Sur un total de 247 députés ayant participé, "188 ont voté en faveur de la motion de censure, 45 contre et 14 blanc", a déclaré le président de la chambre, Ali Larijani. Les votes contre et blanc sont comptabilisés comme hostiles à la motion de censure, selon le règlement du Parlement iranien.

"Par conséquent, il ne peut plus être ministre de l’Intérieur", a ajouté M. Larijani.

Lors de sa nomination en août, M. Kordan avait obtenu la confiance du Parlement par 169 voix pour et 100 contre.

Le président iranien avait dénoncé il y a deux jours la motion, annonçant qu’il refusait d’assister à la séance, une entorse à la règle.

"Il faut laisser M. Kordan travailler", avait-il déclaré, dénonçant une campagne pour affaiblir son gouvernement.

M. Kordan est le dixième ministre sur un total de 21 à quitter le cabinet depuis l’élection de M. Ahmadinejad en 2005.

Le gouvernement se trouve désormais dans une position délicate car si un autre ministre quitte ou est contraint de quitter le cabinet, le président sera dans l’obligation de retourner devant le Parlement pour demander un vote de confiance pour l’ensemble de ses ministres.

A sept mois de la présidentielle, et alors que les critiques se multiplient contre le président, une telle situation ne pourrait que fragiliser encore le gouvernement.

"Cette motion de censure était un test pour le régime et le pays et a montré que le Parlement ne plaisantait avec personne pour faire appliquer la loi", a encore déclaré M. Larijani.

De nombreux députés y compris conservateurs ont accusé ces derniers temps Mahmoud Ahmadinejad de ne pas respecter le Parlement et la loi dans ses décisions.

Le ministre de l’Intérieur était la cible d’attaques virulentes pour avoir menti, affirmant qu’il avait un doctorat de droit de la prestigieuse université britannique Oxford. Il a finalement reconnu fin septembre que son diplôme était un faux, mais refusé de démissionner.

"Une personne qui est en charge de la sécurité du pays a joué avec la confiance du Parlement", a accusé Ebrahim Nekounam, un député conservateur.

Pour sa défense, M. Kordan a affirmé que le diplôme lui avait été remis par un tiers, en échange de travaux, et qu’il n’avait pas douté de sa véracité.

Il a aussi accusé les "médias étrangers et contre-révolutionnaires", notamment radio Israël et les radios étrangères en persan, de lancer une campagne de dénigrement en le qualifiant de "terroriste" et d’"homme violent".

Après les déclarations du ministre, le député conservateur et ancien journaliste Bijan Nobaveh l’a accusé de "mentir encore".

"La motion de censure réhabilite le régime islamique", ce mensonge "a affaibli la croyance et la confiance des gens dans le régime. Après le viol, le mensonge est le pire des péchés", a-t-il clamé.

Le ministère de l’Intérieur est un organe sensible chargé d’organiser les élections, de nommer les gouverneurs de province, de superviser les conseils locaux et municipaux et d’autoriser les partis politiques et organisations non gouvernementales.

Vétéran de la République islamique. M. Kordan a été vice-président de la télévision d’Etat et a servi aux ministères du Travail et du Pétrole.

L’affaire a pris une tournure encore plus explosive après la tentative d’un représentant du gouvernement de soudoyer des députés en leur versant des chèques de 50 millions de rials (5.000 dollars) et en leur faisant signer à leur insu un papier dans lequel ils renonçaient à la motion.

Ce représentant a été renvoyé par le président iranien et interdit de se rendre au Parlement par celui de la chambre.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous