IranIran (actualité)Un an après, Jafar Panahi à nouveau présent malgré...

Un an après, Jafar Panahi à nouveau présent malgré tout à Cannes

-


AFP: Par Anne CHAON – Bien que déjà empêché l’année dernière de quitter son pays pour rejoindre le festival de Cannes, le cinéaste iranien Jafar Panahi, condamné à six ans de prison dans son pays n’a jamais été aussi présent dans les grands festivals et son dernier film sera projeté à Cannes le 20 mai.

« In Film Nist » (Ceci n’est pas un film), réalisé avec Mojtaba Mirtahsmab dans des « conditions semi-clandestines » alors que Jafar Panahi est assigné à résidence à Téhéran, sera présenté en « Séance spéciale » de la sélection officielle, ont annoncé samedi les organisateurs du festival de Cannes (sud-est de la France).

Par les entraves qu’elles lui imposent, les autorités iraniennes ont fait de Jafar Panahi sinon un enfant chéri du cinéma mondial, tout au moins une cause.

L’an dernier, le cinéaste n’avait pu rejoindre la Croisette où il était attendu dans le jury: une chaise vide avait alors stigmatisé cette absence à l’ouverture et en clôture du festival. Et depuis, Venise puis Berlin ont fait de même pour rappeler au monde le sort de ce fou de cinéma.

Parallèlement, le long métrage d’un autre réalisateur iranien, Mohammad Rasoulof, lui aussi condamné à six ans de prison, sera montré dans la sélection Un Certain Regard. « Bé Omid é Didar » (Au revoir) sera présenté le 13 mai.

Dans un communiqué, Thierry Frémaux, le délégué général de Cannes, et Gilles Jacob, son président, précisent que ces deux films « sont parvenus au Festival ces derniers jours ».

« Le fait d’être en vie et le rêve de garder le cinéma iranien intact nous encourage à dépasser les restrictions actuelles qui nous sont faites », leur a déclaré M. Panahi dans un message daté du 5 mai et cité dans le communiqué.

Son film est tourné comme « un journal de bord » qui raconte sa vie ces derniers mois, « en attente du verdict de la cour d’appel ».

Connu pour ses critiques sociales grinçantes, Jafar Panahi, 50 ans, une figure de proue de la Nouvelle vague iranienne, a été condamné le 20 décembre à six ans de prison et 20 ans d’interdiction de travailler: officiellement en cause, les premières images d’un film. Mais les autorités lui reprochent surtout d’avoir filmé des manifestations hostiles au régime lors de l’élection présidentielle de 2009.

Le fait que les deux réalisateurs Panahi et Rasoulof adressent leurs films à Cannes « la même année, alors qu’ils connaissent le même sort, est un acte de courage en même temps qu’un merveilleux message artistique », estimnt MM. Jacob et Frémaux dans leur communiqué.

Avant même l’annonce de sa sélection – distincte de la compétition – la Croisette avait prévu de lui rendre hommage: la Quinzaine des Réalisateurs, sélection parallèle à l’esprit volontiers frondeur, avait décidé de rediffuser son film « Offside » (Hors-jeu) tourné en 2005 et de lui garder une chaise vide.

C’est devenu en un an une règle à Cannes, à la Mostra et à la Berlinale, de faire de Jafar Panahi l’invité d’honneur virtuel en lui conservant un siège.

Pour l’heure, le rebelle n’a pas l’intention de céder d’un pouce aux menaces qui pèsent sur son avenir: dans un entretien publié début mars par la revue française La Règle du Jeu, il excluait l’exil.

« Ma place est ici », affirmait-il. « Je suis sûr qu’ils (les autorités) fermeraient les yeux sur mon départ mais je ne le ferai pas ».

« Que je le veuille ou non, je suis devenu malgré moi un symbole. Si je partais, tout le sens de mon travail serait perdu et je laisserais dans le désarroi tous ceux qui, ici, mènent un combat pour que la vie change », ajoutait-il.

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous