IranIran (actualité)Iran : un chef des Gardiens de la révolution...

Iran : un chef des Gardiens de la révolution nommé ministre du Pétrole

-

Radio-canada.ca, 3 aout – Le Parlement iranien a entériné mercredi la nomination du général Rostam Ghasemi au poste de ministre du Pétrole, suivant la recommandation du président Mahmoud Ahmadinejad.

Rostam Ghasemi est l’un des chefs des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, et le commandant en chef de la société de portefeuille Khatam Al-Anbya, qui détient 25 milliards de dollars de contrats dans l’industrie pétrolière et gazière.

Le général fait partie des personnalités soumises à des sanctions par les États-Unis, l’Union européenne et l’Australie pour leur implication dans les programmes nucléaire et balistique iraniens qui font l’objet de controverses.

Faisant référence à ces sanctions, le président du Parlement, Ali Larijani, a estimé que l’appui qu’ont témoigné au général Ghasemi 216 des 246 députés présents « montre que le Parlement ne se préoccupe pas de ce genre de choses ».

Ce vote illustre par ailleurs l’influence grandissante des Gardiens de la révolution dans la vie politique et économique du pays et semble aussi marquer une trêve dans le conflit qui oppose depuis des mois le président Ahmadinejad et le Parlement.

Avant d’être nommé, M. Ghasemi avait indiqué son intention d’élargir le rôle des Gardiens de la révolution et de Khatam Al-Anbya dans le développement de l’industrie pétrolière et gazière de l’Iran, qui rapporte 80 % de ses recettes en devises à la République islamique.

Khatam Al-Anbya et ses principales filiales sont sur la liste des institutions iraniennes qui font l’objet de sanctions de l’ONU.

Depuis des années, les grandes puissances soupçonnent l’Iran de tenter de développer secrètement l’arme nucléaire sous le couvert de programmes de recherche civils, ce que Téhéran a toujours nié.

En plus du général Ghasemi, trois membres importants du gouvernement iranien font l’objet de sanctions internationales liées au litige nucléaire : le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, le ministre de la Défense Ahmad Vahidi, et le vice-président Fereydoun Abbassi-Davani, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

De nature essentiellement financière, ces sanctions n’ont toutefois pas empêché jusqu’à présent les ministres ciblés de voyager à l’étranger.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/08/03/008-iran-general-ministre.shtml

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous