IranIran (actualité)Un groupe iranien déclare que les USA sont responsables...

Un groupe iranien déclare que les USA sont responsables de ses membres en Irak

-

Paris, 6 janvier (Reuters): Par John Irish – La dirigeante d’un groupe d’opposition iranien a déclaré vendredi que les États-Unis seraient responsables de tout tort causé à 3000 de ses membres qui pourraient être déplacés de force vers un camp à l’extérieur de Bagdad qu’ils qualifient de prison.

Maryam Radjavi, qui est à la tête de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), a soutenu le principe d’une proposition visant à commencer à transférer les résidents du camp d’Achraf, en se fondant sur les assurances données par la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et les Nations Unies comme quoi leur sûreté et leur sécurité seraient respectées.

Des tirs de mortiers ont touché le camp en fin d’année, juste quelques jours après que Bagdad ait prolongé le délai du 31 décembre pour la fermeture du complexe, tandis que les Nations Unies négociaient la réinstallation de ses résidents.

Mme Radjavi a déclaré que, contrairement à ce qui a été convenu dans l’accord de l’ONU, les autorités irakiennes transformaient en prison le nouveau camp proposé, précédemment une base militaire américaine.

« Les États-Unis ont adopté des positions irresponsables vis-à-vis des mesures criminelles et illégales de l’Irak à l’encontre des résidents d’Achraf », a-t-elle dit à près d’un millier de ses sympathisants venus de toute l’Europe qui s’étaient rassemblés à Paris. « Le gouvernement américain sera totalement responsable de tout tort causé aux résidents. »

Achraf, à 65 km de Bagdad, est depuis 25 ans le foyer de l’OMPI, un groupe d’opposition iranien que les États-Unis et l’Iran considèrent officiellement comme une organisation terroriste, ce qui rend difficile la réinstallation de ses membres dans d’autre pays.

Le groupe d’opposition de Radjavi, exilé à Paris, a invité des dizaines d’anciens responsables américains et européens de haut rang – dont l’ancien ambassadeur américain aux Nations Unies John Bolton, l’ex chef du FBI Louis Freeh ainsi que le Général David Phillips, un ancien commandant responsable de la protection du camp d’Achraf – à prendre la parole en sa faveur.

Elle a appelé à une conférence spéciale qui réunirait les protagonistes de toutes les parties pour rompre l’impasse.
« A la fin de l’administration Bush, la recommandation du coordinateur du contre-terrorisme avait été de radier le groupe de la liste terroriste, mais Condoleeza Rice l’a maintenu sur la liste dans l’espoir de faciliter les négociations avec le régime en Iran », a dit Bolton à Reuters, ajoutant qu’il ne voyait aucune raison de garder le groupe sur une liste terroriste.

PAS UNE QUESTION ANNEXE

L’avenir du camp d’Achraf est devenu incertain après que Washington l’a remis au gouvernement irakien en 2009, un geste qui a provoqué un retour de bâton aux États-Unis, avec d’anciens responsables disant que le pays avait rompu ses promesses de protéger les résidents.

Bagdad a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne veut pas du groupe sur le sol irakien.

Les Nations Unies, avec l’Union Européenne, tentent de résoudre la question. Des roquettes ont été tirées juste une semaine après que les dernières troupes américaines se soient retirées d’Irak, près de neuf ans après l’invasion de 2003.

La branche politique de l’OMPI, le Conseil National de la Résistance d’Iran (CNRI), a attribué la responsabilité des tirs de roquettes à la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution de l’Iran « et à ses agents », alors que Bagdad n’a pas déclaré qui était derrière les attaques.

Dans les années 1970, le groupe, qui est également connu comme les Moudjahidine-e-Khalq (MEK), avait mené une campagne de guérilla contre le chah d’Iran soutenu par les États-Unis, avec des attaques contre des cibles américaines. Il dit avoir, depuis, renoncé à la violence.

« Achraf n’est pas une question annexe », a affirmé le candidat démocrate Howard Dean à la présidentielle de 2004. « Nous avons donné notre parole de les protéger. Lorsque les États-Unis font une promesse, ils devraient la respecter ».

http://www.chicagotribune.com/news/sns-rt-us-iran-ashraf-ustre8051sw-20120106,0,2351209.story

 
..

7,062FansLike
1,164FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous