IranNucléaireNucléaire: reprise des négociations Iran/Etats-Unis à Oman

Nucléaire: reprise des négociations Iran/Etats-Unis à Oman

-

MASCATE, 10 novembre 2014 (AFP) – Par Arthur MACMILLAN : Les Etats-Unis et l’Iran négociaient, pour la deuxième journée consécutive lundi à Mascate, en vue d’un accord espéré de longue date sur le dossier nucléaire iranien que des divergences fondamentales risquent de faire capoter.

Avec la date butoir du 24 novembre qui s’approche, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif défendaient chacun des demandes, sans aucun signe de percée dans les discussions.
Le président américain Barack Obama a souligné, avant ces pourparlers qui ont débuté dimanche, qu’il y a « encore un fossé important » à combler entre les deux pays.
« La question est de savoir maintenant si nous allons pouvoir combler ce fossé pour que (l’Iran) puisse réintégrer la communauté internationale, que les sanctions soient progressivement levées et que nous ayons des assurances vérifiables et fermes qu’ils ne développent pas la bombe nucléaire », a-t-il expliqué.

La délégation iranienne est pour sa part sous pression pour obtenir une levée totale des sanctions américaines, des Nations unies et de l’Europe. Téhéran cherche à l’obtenir rapidement, mais le président Obama n’évoque qu’un processus lent au cas où l’Iran remplirait ses obligations internationales.
« Nous n’y parviendrons peut-être pas », a en tout cas averti le président américain à propos de la possibilité d’un accord.

Les discussions se déroulent dans un grand hôtel de la capitale omanaise et la séance de lundi a démarré peu avant 11H30 locales (07H30 GMT).
Les deux parties ont eu dimanche plus de cinq heures de discussions dirigées par la représentante ad hoc de l’Union européenne Catherine Ashton.
La principale divergence concerne le nombre de centrifugeuses que l’Iran serait autorisé à conserver en échange d’un allègement des sanctions et d’inspections rigoureuses de sites nucléaires iraniens.

– Profondes divergences –
L’Iran nie vouloir se doter de l’arme nucléaire et affirme que son programme n’est destiné qu’à produire de l’électricité, ce qui nécessite un développement de ses capacités d’enrichissement d’uranium.
La durée d’un règlement définitif entre l’Iran et le groupe 5+1 –Grande-Bretagne, Chine, France, Russie, États-Unis et Allemagne– donne lieu également à des divergences. L’Iran parle de cinq ans et l’Occident suggère au moins le double.

Pour certains analystes, le manque de progrès et les exigences éloignées des parties respectives signifient qu’un règlement global serait hors de portée avant le 24 novembre.
« Un accord global n’est plus possible avant la date butoir. Ce qui est encore réalisable, c’est une percée qui pourrait justifier un prolongement des discussions », a estimé Ali Vaez de l’International Crisis Group, dans une déclaration lundi à l’AFP.

« Ce dont on a besoin, c’est une décision politique courageuse que personne ne semble prêt à prendre pour le moment », a-t-il dit.
L’Iran et les Etats-Unis affirment qu’il n’est pas question de prolonger les discussions, mais ils l’ont déjà fait dans le passé, quand la date butoir du 20 juillet n’avait pas été respectée. Cependant, en dépit des divergences, personne n’a intérêt à se retirer du processus.

– Pas de lien avec l’EI –
Les Etats-Unis nient tout lien entre les discussions nucléaires et le combat contre le groupe Etat islamique (EI), alors que Washington et Téhéran sont de fait dans le même camp contre les jihadistes.

Des considérations de politique intérieure pèsent sur les négociations, compte tenu de la perte du Sénat par les démocrates de M. Obama lors des élections de mi-mandat au profit des républicains, dont certains membres ont toujours émis des réserves sur l’ouverture de la Maison Blanche en direction de l’Iran.
Si les négociations n’avancent pas rapidement, le Congrès américain pourrait prendre de nouvelles sanctions contre l’Iran.

Le président Obama a le pouvoir d’y opposer son veto, mais la perspective de nouvelles sanctions pourrait perturber un processus déjà long et rendre les négociations intenables pour le gouvernement iranien.
M. Zarif et le président Hassan Rouhani sont sous la pression d’élus, sceptiques sur l’accord intérimaire qui est entré en vigueur en janvier et qui veulent qu’un accord final soit ratifié par le Parlement.

Dimanche, 200 députés iraniens ont signé une déclaration demandant que l’équipe de négociation de M. Zarif « défende vigoureusement » les droits du pays à un programme nucléaire et une « levée totale des sanctions ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous