IranNucléaireL'Iran lève les scellés sur la conversion, laissant l'AIEA...

L’Iran lève les scellés sur la conversion, laissant l’AIEA à ses dissensions

-

AFP, Téhéran, 10 août – L’Iran a terminé de lever mercredi les scellés sur son usine de conversion d’Ispahan, laissant la communauté internationale chercher à grand-peine un consensus sur la réponse à donner à la reprise d’activités pouvant être détournées pour fabriquer l’arme nucléaire.
« Nous avons levé les scellés, l’usine de conversion d’Ispahan est totalement opérationnelle », a déclaré à l’AFP le vice-président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Mohammad Saïdi.
« Cela se passe sous le contrôle de l’Agence » internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui a installé ses caméras de surveillance sur place au cours des derniers jours, a souligné M. Saïdi.
Le Conseil des gouverneurs de l’AIEA était réuni depuis mardi à Vienne pour décider de la réponse à donner à la reprise de la conversion.
Attendue mais lourde de signification, la levée des scellés risque de compliquer encore la tâche des 35 membres du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, qui peinaient à s’entendre sur un texte.
La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne (UE-3) ont soumis à l’AIEA une résolution demandant à l’Iran l’arrêt de l’enrichissement de l’uranium, a indiqué un responsable de l’agence.
L’AIEA se réunira jeudi à 13H00 GMT pour étudier cette résolution, a indiqué à l’AFP Peter Rickwood, porte-parole de l’AIEA.
Les Etats-Unis ont condamné la levée des scellés, affirmant que cet acte était « un nouveau signe de mépris de l’Iran à l’égard des préoccupations internationales » tandis que le Haut représentant pour la politique extérieure de l’Union européenne, Javier Solana, a appelé Téhéran à ne pas franchir la « ligne » entre nucléaire civil et militaire.
L’ambassadeur de Chine à l’Onu, Wang Guangya, a déclaré qu’il ne serait « pas utile » de saisir le Conseil de sécurité du dossier nucléaire iranien, estimant que la question est du ressort de l’AIEA.
Pour les Occidentaux, rendus suspicieux par dix-huit années de dissimulations iraniennes, laisser les Iraniens convertir et enrichir l’uranium représente un risque de prolifération. Ces activités produisent certes le combustible pour les centrales civiles, mais peuvent être détournées à des fins militaires, craignent-ils.
La reprise de la conversion n’a été que partielle jusqu’alors. La partie la plus sensible de l’usine, celle qui produit l’hexafluorure d’uranium (UF6), gaz introduit dans les centrifugeuses produisant l’uranium enrichi, restait sous scellés de l’Agence.
L’Iran, soucieux de légalité internationale pour contrer le soupçon qu’il cherche à avoir la bombe atomique, a insisté pour que toute la remise en route s’opère sous le contrôle de l’AIEA, qui surveille le programme nucléaire iranien depuis 2003.
La République islamique avait suspendu en novembre toutes les activités relatives à l’enrichissement et à son préalable, la conversion, pour permettre des négociations avec l’UE3.
Mais l’Iran a toujours dit que cette suspension était provisoire et s’est montré frustré par le résultat des tractations avec l’UE3, cherchant seulement selon lui à le priver de son droit « inaliénable » à l’enrichissement.
Peu avant de redémarrer Ispahan, l’Iran a rejeté comme « inacceptables » ou « insultantes » des propositions de l’UE3 offrant une coopération nucléaire, commerciale et politique, mais refusant à la République islamique la conversion et l’enrichissement.
Les Européens ont explicitement brandi la menace d’envoyer le dossier iranien devant le Conseil de sécurité de l’Onu si les Iraniens persistaient.
Cette session de l’AIEA ne devrait cependant pas en arriver là. Les Européens veulent encore convaincre les Iraniens de revenir à la suspension de leurs activités et de laisser remettre en place les scellés.
Ils ne sont guère optimistes. Les Iraniens « ont traversé le Rubicon et continuent », a dit un diplomate européen.
Les Iraniens peuvent compter sur les dissensions à l’AIEA. Des pays comme l’Afrique du sud, l’Argentine, le Brésil sont inquiets pour leurs propres ambitions nucléaires. Les non-alignés font aussi obstruction et favoriseraient une simple déclaration plutôt qu’une résolution, plus contraignante.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous