IranNucléaireIran : Un fondateur de la police secrète, nouveau...

Iran : Un fondateur de la police secrète, nouveau négociateur nucléaire en chef

-

Iran Focus, Téhéran, 12 septembre – Alors que le nouveau gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad continue ses profonds remaniements de l’énorme bureaucratie iranienne, un ultra a été nommé nouveau président du puissant directoire de politique étrangère du Conseil suprême de sécurité nationale.

A sa nouvelle fonction, Seyyed Ali Monfared dirigera les négociations nucléaires de l’Iran avec l’Agence internationale de l’énergie atomique et les gouvernements occidentaux. Il remplace Hossein Moussavian, un ancien ambassadeur en Allemagne.

Monfared est un membre fondateur de la funeste police secrète iranienne, le ministre des renseignements et de la sécurité (VEVAK) et officier supérieur du corps des gardiens de la révolution.

Sa nomination intervient à un moment délicat, alors que les négociations entre Téhéran et la troïka européenne sont dans une impasse après la décision unilatérale de l’Iran de reprendre la conversion de l’uranium et ses activités d’enrichissement. Les gouvernements occidentaux font pression pour déférer le dossier iranien devant le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Monfared était chargé de planifier la stratégie de la politique étrangère sous le gouvernement de Khatami, mais avait été limogé à la fin du premier mandat de Khatami à cause de divergences politiques. Il a aussi appartenu au Conseil de discernement des intérêts de l’Etat, un organe qui sert de médiateur entre le parlement et le conseil des gardiens.

Monfared n’est pas le seul ancien officier des gardiens de la révolution à être entré dans l’équipe nucléaire iranienne. Son nouveau patron Ali Laridjani a été récemment parachuté secrétaire général du Conseil suprême de sécurité national (CSSN). Lui –même ancien général des gardiens de la révolution, Laridjani est un protégé du guide suprême Ali Khameneï.

Les gardiens de la révolution dominent désormais toutes les positions clés au CSSN, assurant ainsi la mise en œuvre de la politique ultra du guide suprême.

Dimanche, le nouveau ministre iranien des affaires étrangères Manouchehr Mottaki a assuré que la théocratie ne suspendrait pas son cycle du combustible nucléaire, en particulier ses activités de conversion d’uranium à Ispahan, dans le centre de l’Iran.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous