IranNucléaireVente de matériel nucléaire à l’Iran : Le chef...

Vente de matériel nucléaire à l’Iran : Le chef de la sûreté belge démissionne

-

Iran Focus, Londres, 2er février – Le chef du service fédéral de la Sûreté belge a été contraint de démissionner car il est apparu que sa force n’avait rien fait pour empêcher une vente de machines liées à la production d’armes nucléaires à l’Iran.

La presse belge a rapporté mardi que le ministre de la Justice Laurette Onkelinx et le ministre de l’Intérieur Patrick Dewael avaient annoncé conjointement que le chef (VS) Koen Dassen avait remis sa lettre de démission.

Cet événement survient suite à une réunion entre le Premier ministre Guy Verhofstadt et ses adjoints Onkelinx et Dewael, a rapporté mardi le quotidien De Standaard.

Un rapport présenté mardi au sénat belge a indiqué qu’en novembre 2004, une presse isostatique avait été livrée à l’Iran par la société Epsi, basée à Tamise.

Cette exportation viole les règles internationales qui interdisent la vente de biens en rapport avec le nucléaire à l’Iran.

La vente de cette presse isostatique a été révélée au public le 20 janvier à Londres à l’occasion d’une conférence de l’opposition iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne.

Une représentante du CNRI, Dolat Norouzi, avait déclaré lors de la conférence de presse que l’Iran menait des activités de fabrication d’armes nucléaires illégales dans un site top secret situé à l’ouest de Téhéran.

Téhéran s’est procuré avec succès deux types d’équipement, une presse isostatique à chaud et une presse à chaud, afin de modeler l’uranium enrichi pour la production d’armes nucléaires au Centre de recherche sur l’énergie et l’équipement, avait-elle annoncé.

Ces deux machines sont interdites, a-t-elle ajouté.

Le site du centre de recherche, situé près de Mechkine-Dacht, à côté de Karadj, à quarante kilomètres à l’ouest de la capitale iranienne, opérait sous couvert d’un centre de recherches scientifique et industriel affilié au ministère de la Science qui est dirigé par Dr. Fatollah Moztarzadeh, avait-elle expliqué.

Elle rapporte que ce sont les Moudjahidine du peuple (OMPI) qui avaient obtenu ces informations, un groupe qui dans le passé a fourni des renseignements exacts sur les activités nucléaires de Téhéran.

« Ces machines sont capables de générer simultanément pression et chaleur pour produire des sphères d’uranium destinées à la production de bombes nucléaires. La combinaison de la pression et de la chaleur permet au métal de fondre à une température plus basse », avait-elle expliqué.

Le CNRI affirme que Téhéran a tenté d’obtenir les machines dans des pays européens, dont la Belgique, sous prétexte de recherches scientifiques à l’Université de Téhéran, l’Université Malek Achtar, affiliée au ministère de la Défense, et l’Université Imam Hussein, affiliée au corps des gardiens de la révolution. « Les pays producteurs ont refusé de vendre les machines au régime iranien et c’est pour cette raison que les agents des mollahs se les sont procurés indirectement, par l’intermédiaire de sociétés écrans, puis les ont transférées en Iran », a affirmé Norouzi.

L’Iran est également parvenu à rénover et remettre en service une machine de fabrication américaine acquise il y a trente ans, selon le CNRI qui a ajouté qu’à l’heure actuelle, cinq presses à chaud supplémentaires sont en cours de fabrication sur le site.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous