IranNucléaireL’Iran demande à l’agence nucléaire de retirer ses caméras

L’Iran demande à l’agence nucléaire de retirer ses caméras

-

Associated Press, Vienne, Autriche – De GEORGE JAHN – L’Iran a demandé à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique de retirer ses caméras de surveillance et les scellés de l’agence de ses sites et de son équipement nucléaire avant la fin de la semaine prochaine, a déclaré lundi l’agence de surveillance nucléaire de l’ONU.

Les requêtes de l’Iran surviennent deux jours après que l’AIEA ait envoyé Téhéran devant le Conseil de Sécurité en raison de son programme atomique controversé. Le conseil a le pouvoir d’imposer des sanctions économiques et politiques.

Dans un rapport confidentiel aux 35 membres du conseil de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, le directeur de l’agence Mohamed ElBaradei a également annoncé une forte réduction du nombre et des différents types d’inspections que les experts de l’AIEA seront autorisés à pratiquer en Iran. Celle-ci prend effet immédiatement.

Le rapport était daté de lundi et a été transmis à The Associated Press.

Ces mesures étaient attendues. Les dirigeants iraniens avaient averti à plusieurs reprises qu’ils arrêteraient d’appliquer le « Protocole additionnel » du Traité de Non-prolifération, accord donnant aux inspecteurs de l’AIEA une plus grande autorité dans leurs inspections, si le conseil de l’AIEA renvoyait leur pays devant le Conseil de Sécurité.

Un diplomate proche de l’AIEA basée à Vienne a confié à AP que l’Iran avait mis à exécution une autre menace : fixer officiellement une date pour la reprise du travail à grande échelle sur son programme d’enrichissement d’uranium, pouvant servir de combustible ou de composant central des têtes nucléaires.

Le diplomate, qui s’est confié à AP sous couvert de l’anonymat en raison du caractère confidentiel de l’affaire, a refusé de divulguer la date fixée par Ali Larijani, le négociateur nucléaire en chef iranien, dans une lettre qu’ElBaradei a reçue lundi.

Dans son court rapport, ElBaradei cite E. Khalilipour, vice-président de l’Organisation de l’Énergie Atomique d’Iran : « A compter de la date de cette lettre, toutes mesures suspendues volontairement et non obligatoires légalement dont les provisions du Protocole additionnel et même au-delà de celui-ci seront suspendues ».

Demandant à l’agence de réduire fortement le nombre d’inspecteurs en Iran, Khalilipour a ajouté : « Toutes les mesures de contrôle et de surveillance qui étaient en place et qui allaient au-delà des mesures normales de sauvegarde de l’Agence devront être retirées avant mi-février 2006 ».

Plus tôt, le ministre des Affaires Étrangères russe a mis en garde contre les menaces iraniennes au sujet de son programme nucléaire après que le secrétaire à la Défense Donald H. Rumsfeld ait confié à un journaliste allemand que toutes les options, y compris une réponse militaire, restaient à l’ordre du jour.

Le ministre des Affaires Étrangères Sergey Lavrov a recommandé que les négociations avec Téhéran se poursuivent, puis a ajouté : « Je pense qu’en l’état actuel des choses, il est important d’essayer de deviner ce qu’il va se passer et, chose encore plus importante, de ne pas proférer de menace ».

Lavrov a affirmé que l’usage de la force n’était possible que si les Nations Unies y consentaient.

Le quotidien allemand Handelsblatt a demandé à Rumsfeld dans une interview si toutes les options, y compris l’option militaire, étaient à l’ordre du jour concernant l’Iran.

« C’est exact », a répondu Rumsfeld, dans l’édition imprimée de lundi de Handelsblatt.

En Norvège, le ministre des Affaires Étrangères chinois recommande une poursuite des efforts diplomatiques pour résoudre le conflit.

« Une solution diplomatique est dans l’intérêt général », a affirmé Li Zhaoxing pendant sa visite officielle. « Nous essayons toujours de convaincre nos collègues iraniens de choisir la négociation. »

Cependant, Li a prévenu que le temps « pressait déjà » pour que nos efforts parviennent à résoudre le conflit avant que le Conseil de Sécurité intervienne.

Li a refusé de dire si la Chine soutiendrait une mesure de sanctions contre l’Iran.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous