IranNucléaireL'Iran exclut de renoncer à enrichir avant une rencontre...

L’Iran exclut de renoncer à enrichir avant une rencontre avec les Européens

-

AFP : 12 décembre – L’Iran a exclu dimanche un renoncement permanent de sa part à enrichir l’uranium, et prévenu qu’il se réserve de rompre « à tout moment » les négociations qu’il entame lundi avec les Européens et qui visent à pérenniser la suspension de cette activité ultra-sensible.
« Un gel permanent de l’enrichissement n’est pas à l’ordre du jour pour nous, nous insistons sur le fait que la suspension est pour une courte durée », a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères, Hamid Reza Assefi.
Il s’exprimait devant la presse à la veille du lancement, à Bruxelles, de négociations de suivi à un accord conclu en novembre entre Iraniens et Européens, par lequel la République islamique a accepté de suspendre l’enrichissement.
L’Iran rompra ces tractations sitôt qu’il constatera qu’elles n’avancent plus, a prévenu le dirigeant chargé du nucléaire, Hassan Rohani, se livrant aux mises en garde d’usage tout en adoptant cependant un ton prudent et conciliant.
« Nous poursuivrons les négociations aussi longtemps qu’elles progresseront, nous les cesserons à tout moment si ce n’est plus le cas », a dit M. Rohani, selon l’agence officielle Irna, au moment de s’envoler pour Bruxelles.
Hassan Rohani doit rencontrer lundi les chefs de la diplomatie allemande, française, britannique et de l’UE pour lancer le cycle de discussions prévues dans l’accord de novembre.
Aux termes de cet accord, l’Iran, accusé par les Etats-Unis de travailler secrètement à l’arme atomique, a accepté de suspendre l’enrichissement, garantie a priori probante que la technologie produisant le combustible pour ses futures centrales civiles n’est pas détournée à des fins militaires.
Cette suspension a été obtenue par les trois Européens, mandatés par l’UE, contre la promesse d’une coopération nucléaire, technologique, économique et dans le domaine de la sécurité.
L’accord a ensuite été endossé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Il a écarté la menace pour l’Iran d’être traîné devant le Conseil de sécurité de l’Onu, comme le voudraient les Etats-Unis.
Les discussions de lundi avec les trois ministres européens et le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, en marge d’une réunion des chefs de la diplomatie de l’Union, auront un caractère inaugural, avant d’en passer dans les jours suivants à des groupes de travail planchant sur la coopération.
Les entretiens de lundi définiront « le cadre des négociations à venir » et évoqueront « les exigences et les attentes de la République islamique », a dit M. Rohani.
« Nous prenons les choses une à une », a-t-il ajouté, interrogé sur les chances de succès. Il a cependant souligné que les Européens avaient depuis novembre respecté leurs engagements.
Il a jugé « très important » le cap des trois mois, quand doit avoir lieu une évaluation du travail accompli: « On verra alors plus clairement si les Européens et nous pouvons parvenir à un accord dans tous les domaines ».
La suspension de l’enrichissement durera le temps des négociations, ne cessent d’insister les Iraniens. Les Européens, eux, voudraient obtenir un régime permanent. Les Américains, s’ils ont laissé faire en novembre, se montrent sceptiques.
Maints diplomates s’accordent pour juger l’entreprise européenne aléatoire sans un concours américain. Ainsi, l’accord de novembre promet aux Iraniens un soutien européen à leur candidature à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui se réunit lundi. Les Américains ont depuis 2001 empêché une admission iranienne.
Bien que l’administration Bush écarte une telle éventualité pour l’heure, les spéculations continuent sur des opérations militaires américaines préventives contre l’Iran.
« Nous ne croyons pas l’Amérique capable d’attaquer l’Iran. L’Iran se défendra », a déclaré M. Assefi.
« Nous avons une période calme de négociations pendant les trois prochains mois », a dit M. Rohani, interrogé sur d’éventuelles garanties de tranquillité données à l’Iran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous